vendredi , 20 avril 2018
Accueil » Editions » Mettre des mots sur les maux
L’arbre à palabre accompagne chaque séance de parole. ©SJAC

Mettre des mots sur les maux

Un mardi sur deux, venez-vous délester de vos soucis et trouver courage et motivation pour vaincre les moments difficiles lors des rencontres de l’Arbre à palabre, organisées par le Service jeunesse et action communautaire (SJAC) de la Ville d’Onex.

En Afrique, existe une coutume: les habitants se réunissent pour discuter et partager à l’ombre d’un grand arbre… l’arbre à palabre. Le nom de ces rencontres onésiennes était tout trouvé. Ces dernières permettent aux gens qui rencontrent des problèmes dans leur vie, de venir en parler et partager avec d’autres personnes. Les rencontres ne permettent pas de soigner, au sens «médical» du terme, mais apportent du réconfort et valorisent l’estime de soi: on cherche nos propres solutions à travers les récits entendus puisque certains participants ont pu vivre des situations similaires par le passé et racontent la manière dont ils les ont appréhendées.

La méthode
La méthode provient d’une pratique instaurée par Adalberto Barreto. Cet ethnopsychiatre et professeur de médecine sociale a constaté que certaines personnes n’avaient pas la possibilité de bénéficier d’un suivi médical ou d’une thérapie lors de moments difficiles dans leur vie. À la suite de ce constat, il a développé la thérapie communautaire dans les favelas brésiliennes. Cette dernière permettait aux participants d’exprimer une souffrance avec des personnes dont les vécus sont similaires, mais dont la souffrance a déjà été dépassée. Depuis, la pratique s’est développée jusqu’à la constitution d’associations européennes de thérapies communautaires et est à présent utilisée comme un outil, notamment par les travailleurs sociaux ainsi que les groupes de parole.

L’Arbre à palabre onésien
La majorité des éducateurs du SJAC ont été formés à cette méthode et animent la séance. Les rencontres se passent en plusieurs phases. Dans un premier temps, chacun peut exposer sa situation, s’il y en a plusieurs, l’une d’elles est choisie par les participants et la personne est invitée à raconter son histoire. Les autres membres du groupe, en partageant, sans jugement, les vécus similaires, peuvent aider la personne en souffrance à trouver ses propres solutions.
Si la séance comprend, bien entendu, la discussion, elle inclut aussi quelques animations pour détendre l’atmosphère. Des anecdotes et même des chansons interviennent parfois et la discussion se fait autour d’un thé et de quelques biscuits. À la fin, chacun dit ce que la séance lui a apporté de positif et une synthèse est faite. Enfin, on arrose l’Arbre à palabre placé dans le lieu de la séance, geste symbolique qui accompagne chaque ronde. Les rencontres sont gratuites et ouvertes à toutes et tous, que ce soit des adultes ou des adolescents, des personnes ne parlant pas le français ou des personnes vivant seules. De temps en temps, des rencontres destinées aux familles sont aussi organisées.

Anastassia Issakova

Arbre à palabre
10 et 24 avril, 8 et 22 mai, de 17 h 30 à 19 h
SJAC, Maison Onésienne, salle 008, rue des Evaux 2
1213 Onex
Tél. 022 879 80 20

Voir également

La Cour conte ses histoires

Souvent universelles, parfois intemporelles, les histoires émerveillent toujours et captivent à tous les coups. Pour …