mercredi , 21 février 2018
Accueil » Editions » Un premier roman couronné de succès
La gagnante du Prix Littéraire Chênois, Chloé Falcy. ©Yanouk Cudré

Un premier roman couronné de succès

Le Prix littéraire chênois est un concours organisé par l’Association 3 Chêne Culture et qui couronne un ou une jeune auteur-e dont aucun manuscrit n’a encore été publié. Rencontre avec la gagnante de l’édition 2017, Chloé Falcy.

Quel a été votre parcours?
Il est finalement assez banal. Je suis née et ai grandi dans la région de Morges puis j’ai étudié à la Faculté des lettres de l’Université de Lausanne en anglais et italien. La seule particularité que je pourrais citer, celle qui a donné naissance à mon livre, c’est qu’à huit ans, j’ai découvert les origines irakiennes de ma grand-maman. On n’en parlait pas vraiment à la maison. Non pas que c’était un secret, mais cela restait en suspens. Entre mon Bachelor et mon Master, j’ai donc pris une année sabbatique pour explorer cette partie de mes origines et ai écrit mon roman.

Quel a été votre rapport à la lecture?
Depuis toute petite, je lis. Mes parents m’ont toujours fait remarquer que je lis à toute vitesse, «en dévorant les livres». Cependant, lorsque j’étais petite, je préférais lire des séries comme Danse ou Grand Galop…! 

Qu’appréciez-vous dans un bon livre?
Pour moi, un bon livre doit allier deux aspects: être divertissant, en racontant une histoire qui permet de s’évader, et posséder une belle écriture. Pourtant, ces derniers sont très durs à réconcilier.

Comment avez-vous entendu parler du concours des Trois-Chêne?
Par mon éditrice. Pour participer il fallait ne jamais avoir édité de livre et j’ai eu de la chance, nous avons découvert le concours juste avant que mon premier roman ne soit publié. Nous l’avons donc envoyé et j’ai été particulièrement surprise et heureuse de découvrir que j’étais finaliste puis gagnante! Mon roman est paru un peu près en même temps. Une double joie! C’est la maison d’édition zurichoise, les éditions PEARLBOOKSEDITION, qui a publié Balkis. C’est une maison d’édition très intéressante puisqu’elle est l’une des rares à traverser le Röstigraben littéraire et publier des livres en allemand et en français.

Balkis, un lien avec votre grand-mère.
Il est très inspiré de l’histoire de ma grand-mère. Il est bien entendu compliqué d’être véridique, on se laisse emporter, mais j’ai cherché à raconter l’histoire d’une jeune irakienne qui se trouve et se perd entre Mossoul, Bagdad, Genève et Lausanne. Le récit se passe dans les années 1950.
Au stade de l’écriture, je cherchais surtout à transmettre au mieux mon histoire. À présent, je pourrais dire que Balkis parle de l’exil et des similarités qui peuvent être trouvées entre les pays et les époques. Je souhaitais aussi rendre justice à l’Irak.

Avez-vous d’autres projets littéraires?
Je réfléchis à mon second roman car je souhaiterais bien entendu continuer mon activité littéraire!

Avez-vous un message à transmettre à nos lecteurs?
S’ils aiment Genève, j’espère que cela leur fera plaisir de découvrir la ville à travers les yeux de Balkis…

Propos recueillis par Anastassia Issakova

Balkis, de Chloé Falcy
Editions PEARLBOOKSEDITION
www.pearlbooksedition.ch
www.3chene-culture.ch

Voir également

L’amusement va bon train!

À Genthod et Bellevue, les parents qui travaillent durant les vacances scolaires de leurs enfants …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *