samedi , 21 avril 2018
Accueil » Editions » Les Routes de la Traduction: entre Babel et Cologny
La Tour de Babel, Abel Grimmer, 1604, Grande- Bretagne, collection particulière. ©Galerie De Jonckheere, Genève – Monaco

Les Routes de la Traduction: entre Babel et Cologny

À la Fondation Martin Bodmer, on aime les livres et les mots. Quoi de plus naturel, dans ce cas, que de s’intéresser aux langues et à leur circulation? Jusqu’au 25 mars, une exposition temporaire s’intéresse aux phénomènes de la traduction: découvrez Les Routes de la Traduction. Babel à Genève.

Au commencement, il y avait Babel–du moins, c’est ce que dit le mythe. Babel, la tour que les hommes ont envoyée à la conquête des cieux… Babel, la malédiction qui a fait naître la diversité des langues. Mais est-ce réellement une malédiction? Loin de poser Babel en acte fondateur de l’incompréhension, l’exposition Les Routes de la Traduction s’intéresse aux tours et détours inventés par les sociétés humaines pour se comprendre malgré tout. Ces stratégies se nomment «traduction». Passerelles entre les peuples, elles font circuler des idées, des textes, des mouvements… Tantôt rigoureusement fidèle ou, au contraire, joliment irrévérencieuse, la traduction pose de multiples problèmes et, à l’heure où la machine concurrence l’homme, est plus que jamais d’actualité.

Du métro à la Suisse
Classée depuis 2015 au registre Mémoire du Monde de l’UNESCO, la Fondation Martin Bodmer s’implique dans la recherche et la diffusion culturelle. À ce titre, elle prend à cœur de proposer au public d’ici et d’ailleurs des expositions temporaires aussi intrigantes que passionnantes (Frankenstein, Le marquis de Sade, La littérature et le jazz). Les Routes de la Traduction. Babel à Genève ne fait pas exception. Proposées par les deux commissaires d’exposition (Barbara Cassin, philologue et philosophe française, et Nicolas Ducimetière, vice-directeur de la Fondation), plusieurs thématiques articulent la visite: berceaux de l’écriture et origines de la traduction, circulation des langues, intégrations d’œuvres littéraires par d’autres cultures… Grâce à un dispositif interactif inspiré du Plan Indicateur Lumineux d’Itinéraire (P.I.L.I.) du métro parisien, les routes de traduction de différentes œuvres sont mises en évidence. Un intérêt particulier est accordé à la Suisse, pays plurilingue au cœur de l’Europe: dans les vitrines, un manuscrit du Cé qu’è lainô en arpitan (langue romane parlée en Suisse, France et Italie), le Ranz des vaches en dialecte fribourgeois et même Tintin en romanche! En marge de l’exposition, un cycle de conférences est proposé, en collaboration avec la Faculté de traduction et d’interprétation de l’Université de Genève. Polyglotte, bibliophile ou simple curieux, Les Routes de la Traduction vont vous faire voyager!

Magali Bossi

Les Routes de la Traduction. Babel à Genève
Jusqu’au 25 mars
Fondation Martin Bodmer, rte Martin Bodmer 19, 1223 Cologny
Tél. 022 707 44 36
www.fondationbodmer.ch

Voir également

La Cour conte ses histoires

Souvent universelles, parfois intemporelles, les histoires émerveillent toujours et captivent à tous les coups. Pour …