dimanche , 22 avril 2018
Accueil » Editions » Des bois au chagrin…
Katja Brunner, auteure du second «cargo» joué au Poche/GVE. ©Sophie Stieger

Des bois au chagrin…

Au POCHE/GVE, on fait du théâtre comme nulle part ailleurs. Écritures contemporaines, scénographies exigeantes, rencontres avec le public: rien n’est laissé au hasard pour présenter le théâtre d’aujourd’hui–souvent inédit, toujours surprenant. Du lundi 19 février au dimanche 11 mars, découvrez Bois Impériaux, écrit par Pauline Peyrade.

Promenons-nous dans les bois
Mis en scène par Céleste Germe sur un projet du Collectif Das Plateau (Jacques Albert, Céleste Germe, Maëlys Ricordeau, Jacob Stambach), Bois Impériaux est la première pièce «cargo» de la saison drüüü (ou troisième saison) du POCHE/GVE. La plume de Pauline Peyrade y explore le thriller psychologique, le drame familial, les tréfonds du conte. S’inspirant des aspects les plus sombres de Hansel et Gretel, elle tisse un véritable road-movie, rythmé par la poésie des noms des aires d’autoroutes. Une sœur, Irina, traverse la France en voiture avec son frère, Johannes. Atteint de troubles psychotiques, il ne peut compter que sur sa sœur. Il fait nuit. La route succède à la route et la forêt se ressert. Irina s’arrête dans une station service et rencontre Serge. Se noue alors un étrange dialogue, entre séduction et non-dits. Que va-t-il révéler sur Irina, sur sa relation à son frère, sur son rapport à la société? Que dit-il de Johannes, de sa maladie et de ce destin tragique? Si Bois Impériaux s’appuie sur un texte puissant, il repose également sur des décors mettant en abîme les sinuosités de l’esprit, les peurs les plus intimes, les différentes facettes des êtres. La forêt n’est jamais loin, avec ses ombres et ses loups… Travail sur la vidéo, l’image et la lumière, mais également sur le son et la musique, Bois Impériaux emmène ses personnages et ses spectateurs au bout de la route–là où tout peut arriver, là où la réalité n’existe pas… ou existe trop.

Fait-divers
Le second «cargo» s’intitulera Change l’état d’agrégation de ton chagrin ou Qui nettoie les traces de ta tristesse?, écrit par Katja Brunner, du lundi 23 avril au dimanche 13 mai. Sous ce titre énigmatique se cache une autre histoire dramatique, qui prend comme point de départ un fait-divers ayant défrayé la chronique en Suisse alémanique: le suicide d’un adolescent. Katja Brunner y trouve l’occasion d’explorer avec humour et finesse le deuil, à travers les questionnements de différents personnages, humains ou animaux tous aliénés par un système de compétition, de la conception à la crémation.

Magali Bossi

Bois Impériaux
Du 19.02 au 11.03
Le Poche/GVE, rue du Cheval-Blanc 7, 1204 Genève
Tél. 022 310 37 59
www.poche—gve.ch

Voir également

La Cour conte ses histoires

Souvent universelles, parfois intemporelles, les histoires émerveillent toujours et captivent à tous les coups. Pour …