mardi , 21 novembre 2017
Accueil » Editions » Créatives sans frontières!
La Dame Blanche. ©Gregoire Bouquet

Créatives sans frontières!

Tandis que les superstitieux y voient une fatalité, les Créatives se réjouissent de la pérennité de cette aventure commencée il y a 13 ans. Militant en faveur de l’égalité entre femmes et hommes dans le domaine des arts et de la culture, le festival revient du 10 au 26 novembre. Le Girl Power trépasse les frontières genevoises et s’attaque, pour la première fois, à Morges, Lausanne, Zurich et Berne.

13e édition? Même pas peur! Fondé en 2005 à Onex, ce festival 100% féminin conjure «le mauvais sort» en comptant sur des artistes internationales qui neutralisent les différences de genre. Femmes, hommes, tous talentueux mais pas logés à la même enseigne. En 2015, la moyenne des artistes féminines programmées dans les festivals avoisinait le 20%… une inégalité qu’on retrouve dans différents métiers du spectacle. Discrète ou plus engagées, les artistes programmées aux Créatives affirment une prise de position en adéquation avec leurs propres valeurs. Et pour dénicher ces talents, deux nouvelles programmatrices ont prêté main forte à Cyrille Schnyder-Masmejean: Anne-Claire Adet pour la partie thématique et Dominique Rovini pour l’aspect musical. Sélection sur une cinquantaine d’évènements.

Au micro…
Avec un père directeur artistique du Buena Vista social Club, la musique, elle connaît! Yaite Ramos alias La Dame Blanche, c’est le hip hop urbain bercé par le «son» de son Cuba d’origine et une rythmique électro. Des collaborations avec Gotan project ou encore Sergent Garcia et le 10 novembre, c’est à la Gravière qu’elle se produira.
S’éloignant de la tribalité cubaine pour adopter un style plus lyrique et expérimental, Zola Jesus c’est un univers particulier oscillant entre Lo-fi, pop et cold wave. De son vrai nom Nicole Hummel, cette originaire d’Arizona grandit dans le Wisconsin tout en revendiquant ses origines russes, allemandes, slovènes et ukrainiennes.
Du côté helvète, Danitsa n’en est pas à son premier essai aux Créàtives. Cette Franco-suisse revient à la Cité de Calvin avec un grain de voix qui s’adapte aussi bien au reggae qu’à la soul tout en gardant un aspect urbain qui séduit.

On débat aussi!
Au cœur des débats et de l’actu, le harcèlement affecte les femmes du monde entier. Stop telling women to smile est le projet de l’artiste américaine Tatyana Fazlalizadeh. Plaçant des portraits dessinés de femmes dans l’espace public, ils s’accompagnent de légendes directement adressées aux harceleurs. Une table ronde aura lieu au Café des Volontaires le 13 novembre à 18 h 30 et des portraits seront affichés à Genève.
Les 14 et 21 novembre, les auteures suisses prendront la parole pour partager leur rapport à l’écriture. Amélie Plume et Anne Brécart ou encore Aude Seigne et Catherine Safonoff entameront des réflexions dans un monde ou l’égalité n’est pas encore gagnée.
Un combat qui perdure et une effervescence encouragée par Les Créatives puisque pour changer les mentalités, de la créativité… il en faut!

Vanesa Dacuña Rodriguez

Les Créatives
Du 10 au 26 novembre
www.lescreatives.ch

 

Voir également

200 ans de passion et de bonheur dans un jardin

Les Conservatoire et Jardin botaniques de Genève célèbrent cette année leur bicentenaire. Une fête populaire, …