dimanche , 19 novembre 2017
Accueil » Editions » The Crags are changing
The Crags. ©Manon Demierre

The Crags are changing

On n’est en rien obligé de prendre en considération l’historique du groupe pour écouter et jouir de ce nouveau précieux disque des Crags, mais ce serait rater l’occasion de goûter à des impressions supplémentaires. Un peu comme une toile qu’on peut recevoir en tant qu’expérience sensible: pourquoi ne pas y ajouter la profondeur d’un discours, du processus, du contexte? C’est qu’ils sont sur la place genevoise depuis un certain nombre de lustres «les gus», répétant dans leur laboratoire carougeois, livrant leur 2e album (après 2 EP) d’un sacré coup de poing sur la table. Et il y a du changement dans l’air.

Épure
Des chansons directes, sans fioritures, au format concis, qui vous billent dedans comme un lascar dans la rue, l’épaule dans la vôtre, franche, appuyée, mais qui d’un coup d’œil fait tomber la pression et comprendre l’amitié. Ce qui, de leur propre choix assumé, se lézardait en poumons déployés, est maintenant rassemblé en paquets solides et cohérents. Le groupe nous avait habitué à de longues épopées baroques, à des guitares sauvagement martyrisées et se vengeant allègrement sur nos oreilles – clairement masochistes pour l’occasion -, et nous voici avec des chansons rondes arc-en-ciel, des titres canons tirés d’un coup sec.
Et la richesse n’a pas disparu: elle se distille autrement. La maturité des morceaux est grosse de plusieurs mois de remises en question et de travail intense. Un inventaire multicolore de sons utilisés par les instruments et par la voix, une palette diversifiée de timbres, un style propre qui serpente et prend des teintes variées. Les harmonies mineures sont invitées, la voix de tête fait la coquette. Vous voulez parler étiquettes? J’invente: grunge tahitien passé par la lune, rock-à-billy post-folkeux, garage-blues-pop à paillettes, ballade-whiskey-à-gogo rose vert et brun – sans jamais perdre quelque chose d’une identité rock vintage ayant bu trop de boissons énergisantes.

À venir
Enregistré, mixé et masterisé par le légendaire Serge Morattel de Rec Studio, l’album sera vernis à L’Écurie le 30 septembre, et joué pour la première fois sur scène à la Vogue de Carouge le 2 septembre. Venez parce que The Crags aime les concerts, et ça se voit. Autant par le nombre des scènes écumées que par leurs gueules ravies qui émanent toujours une non-prise au sérieux des enjeux égotiques. On en prend de la graine, et l’ivraie est transcendée en ivresse – celle promulguée par un vieil ami (nommément Baudelaire) qui invitait à s’enivrer de vin, de poésie ou de vertu, à votre guise, mais ajoutons la musique! 

Boris Dunand

www.thecrags.ch
FB: thecragsmusic
thecragsmusic@gmail.com
Concerts: le samedi 2 septembre à la Vogue de Carouge et le 30 septembre Vernissage à L’Écurie.

 

Voir également

200 ans de passion et de bonheur dans un jardin

Les Conservatoire et Jardin botaniques de Genève célèbrent cette année leur bicentenaire. Une fête populaire, …