jeudi , 19 octobre 2017
Accueil » Editions » Octobre est rouge, avec l’Ohge!
L’Ohge en 2015, à bord du Cuirassé Potemkine. ©Sophie Kunzi

Octobre est rouge, avec l’Ohge!

Voilà 100 ans que la Russie a tremblé sous la Révolution d’Octobre. Le samedi 14 octobre, l’Orchestre d’harmonie de l’Etat de Genève (Ohge) vous fait découvrir un monument du cinéma: Octobre, réalisé par Sergueï Eisenstein. Un ciné-concert exceptionnel joué au BFM!

En 1926, le cinéaste soviétique Sergueï Eisenstein se voit confier la réalisation d’un film célébrant les dix ans de la Révolution d’Octobre. Son fil rouge? Dix jours qui ébranlèrent le monde de l’américain John Reed. Après moult péripéties, le film sort en 1928. Aujourd’hui, il constitue un témoignage de ce qu’a pu être la Révolution d’Octobre, car très peu d’images historiques subsistent. Jean-Christophe Monnier, chef d’orchestre de l’Ohge, revient sur le projet.

Metropolis, Le Cuirassé Potemkine, Octobre… comment choisissez-vous ces films?
Cela relève un peu du hasard. Dans Metropolis, nous avons joué une transcription existante de la musique de Gottfried Huppertz. Pour Potemkine, j’ai fait la transcription à partir des compositions d’Edmund Meisel. Dans le cas d’Octobre, l’idée m’a été soufflée par l’association La ligne générale, composée de passionnés et de professionnels du cinéma, qui met en valeur le patrimoine cinématographique: après avoir vu Potemkine, ils étaient convaincus qu’il fallait monter Octobre. C’était l’occasion idéale de faire découvrir un film tombé dans l’oubli!

Comment travaillez-vous?
Avant tout, je visionne le film à de nombreuses reprises, en écoutant attentivement la musique. Ensuite, je me mets à la recherche de la partition. Il existe deux versions sonorisées d’Octobre: une composée en 1928 par Edmund Meisel pour la version allemande du film, et une de Grigori Alexandrov sur des musiques de Chostakovitch, datée de 1967. Comme ni l’une ni l’autre ne convenait à l’Ohge pour différentes raisons, j’ai décidé de faire ma propre sonorisation en utilisant des musiques de l’époque et/ou en lien avec la thématique du film. En parallèle, il a fallu demander les droits, préparer les partitions pour les 60 musiciens… sans oublier le travail en orchestre et la synchronisation avec le film! Pour cette étape, je note sur la partition les repères visuels les plus marquants.

Et quels sont vos prochains projets?
J’aimerais monter un opéra, en version concert tout d’abord. La Grande-Duchesse de Gerolstein, d’Offenbach, fait partie de mes idées. L’année prochaine, nous allons travailler un programme consacré à la musique romantique allemande (Mendelssohn, Schumann et Wagner). Mais pour l’instant, nous nous réjouissons de jouer Octobre!

Propos recueillis par Magali Bossi

Octobre, ciné-concert
Le 14 octobre (20 h)
Bâtiment des Forces Motrices, pl. des Volontaires 2, 1204 Genève
Billeterie: Service culturel Migros
info@ohge.ch et www.ohge.ch

 

Voir également

Vivez l’expérience de soi

Voisines et amies, les Genthosiennes Anne-Virginie Lucot, astrologue humaniste, et Cristina Dellamula, coach de vie …