mardi , 19 septembre 2017
Accueil » Editions » Tout pour le vivre ensemble
Formation Regards croisés sur la coopération au sein des centres entre bénévoles et professionnels à la Maison de quartier de Carouge. ©Isabelle Fringuet-Paturle

Tout pour le vivre ensemble

La Fédération des Centres de Loisirs et de Rencontres regroupe et représente les associations de centres du canton. En harmonie avec leurs animateurs, leurs comités et plus d’un millier de bénévoles, la FCLR veille à leur bon fonctionnement et incarne le vivre ensemble qu’ils préservent sur le terrain.

Avec 47 associations qui gèrent des Centres de loisirs, Maisons de quartier et Jardins Robinson sur son territoire, le canton de Genève fait figure d’exception, si ce n’est de référence ici et ailleurs… «Tout a démarré vers 1960, raconte Claude Bodmer, coordinateur à la FCLR.
A l’époque, le Conseil d’Etat ouvre le Service des loisirs au sein de l’Office de la Jeunesse pour formaliser l’accueil des jeunes alors gérés par des organisations privées souvent religieuses. Leurs animateurs seront formés à l’Institut d’études sociales créé dans la foulée. Il s’agissait alors «d’occuper les fameux blousons noirs!». En 1971, les 14 associations de centres se regroupent et fondent ensemble la FCLR. Sa mission sera de coordonner l’ensemble des mesures et moyens utiles à leur fonctionnement et à la défense de leurs intérêts et de leurs usagers.

L’enjeu du vivre ensemble
Les Centres de loisirs ont évolué au même rythme que la société. Désormais, ils sont ouverts à tous: «L’ouverture à toute la population à été gravée dans le marbre par la loi relative aux Centres de loisirs et de rencontres et à la Fondation genevoise pour l’animation socioculturelle (FASe) qui fixe le cadre général des actions assurées par les Maisons de quartier», précise Claude. Cette loi est la résultante de l’engagement de la FCLR pour ouvrir les centres sur le quartier avec une animation porteuse de changement social…
«Le législateur a ainsi formellement définit le rôle et la mission des centres : défendre une politique de prévention des effets de la crise autour du lien social». C’est tout l’enjeu du «vivre ensemble», et c’est l’essence des valeurs des centres et de la fédération. «Nos fondements sont le développement du lien social et de son corrollaire la cohésion sociale».

Un fonctionnement exceptionnel
L’originalité des Centre de loisirs est leur fonctionnement: l’association qui les porte, la commune et la FASe signent une convention tripartite qui fixe les attributions de chacun. Le centre rédige son projet d’animation, la FASe assume les salaires des animateurs et la commune met en principe à disposition des locaux, des moyens et leur financement. «C’est exceptionnel!» Le canton compte 47 centres, «comme quoi cela répond à un besoin» souligne Claude, «et chacun avec ses particularité» à l’image de leurs quartiers. La fédération de son côté veille à l’harmonie du système avec force conseils, aide et soutien aux comités, formation de leurs membres et bénévoles. Elle représente aussi les associations auprès des autorités et de la FASe. Enfin, elle participe à la participation citoyenne, à cette formidable incarnation de la démocratie directe et bien entendu du consensus.
La FCLR, ou la Suisse des quartiers… 

Isabelle Fringuet-Paturle

Fédération des Centres de Loisirs et de Rencontre, FCLR
rue du Village 28, 1214 Vernier
Tél. 022 344 89 90
www.fclr.ch

Voir également

Ça bouge pour Sports pour tous!

Le sport, c’est bon pour le corps et l’esprit! À Vernier, l’adage n’a jamais été …