mercredi , 26 juillet 2017
Accueil » Editions » Little Nemo, le grand de la bande dessinée
Genève, 18 septembre 2014. Little Nemo. Rue St-Victor 35 à Carouge. Jacques Bonzon. © Olivier Vogelsang

Little Nemo, le grand de la bande dessinée

Jacques Bonzon est né à Genève et a aujourd’hui 50 ans. Il a ouvert la boutique galerie Little Nemo à Carouge il y a bientôt trois ans et malgré les difficultés rencontrées, il continue son aventure avec une passion difficile à cacher et un sourire certain. Grand amateur de bande dessinée, il partage cet engouement artistique.

Comment es-tu tombé dans cet univers?
La bande dessinée, surtout celle franco-belge, a animé mon enfance, adolescence et même mon passage à l’âge adulte. Incontournables à la maison, plusieurs personnages m’ont accompagné fidèlement, comme par exemple La patrouille des Castors, Gaston, Philémon ou encore les Bidochons… la liste est plutôt longue, il vaut donc mieux que je m’arrête là!

Que représente cet art à tes yeux?
L’art représente pour moi avant tout le plaisir: celui des yeux, de la connaissance, des retrouvailles avec des personnages, de la valeur sentimentale. La bande dessinée quant à elle est le 9e art et ça lui va très bien d’être en ultime place.

Et les artistes marquants?
Il serait faux de dire que seuls des artistes évoluant dans le monde de la bande dessinée m’ont marqué: si Gotlib, Hergé, Manara et Fred sont importants, je ne peux pas oublier Albert Camus, John Irving, Jackson Pollock, Breughel, Niki de Saint Phalle et Tinguely, pour ne citer qu’eux!

Comment devient-on galeriste et quelles sont les difficultés à Carouge?
Avant tout le désir de lancer un projet «maison» et de vivre une autre expérience, dans le monde de l’art. Quel plaisir d’organiser des événements autour de ces artistes: les plus connus comme Manara ou Serpieri, maîtres du dessin sensuel, ou plus confidentiels comme Frezzato, Ferroldi et notre ami Eric Buche, créateur de Franky Snow. Chaque artiste a sa patte et c’est enrichissant de les découvrir. Le passage du public à Carouge reste limité par rapport à la ville et il y a évidemment diverses raisons à cela. Mais jusqu’à présent, j’ai toujours été gâté par mes clients et visiteurs, qui sortent généralement de la galerie ravis de l’expérience.

Galeriste mais aussi artiste?
Je ne suis pas artiste mais ma collaboratrice elle l’est, et nous devrions l’exposer lorsqu’elle se sentira prête!

Quelles sont les prochaines expositions prévues?
Le jeudi 27 juillet il y aura aussi une soirée bande dessinée Séduction avec des surprises (sous forme artistique, des pièces jamais exposées à ce jour, notamment Manara).

Le mot de la fin?
Je dirais longue vie à la bande dessinée: cet art est surprenant! Il se renouvelle et se régénère par lui-même, et prend toujours plus d’ampleur dans le marché de l’art.

Propos recueillis par Igor Rodrigues Ramos

Voir également

Paléo Festival: J’emporte quoi dans mon sac?

Le festivalier est un aventurier paré à toute éventualité. Les plus prévoyants auront toute la …