samedi , 18 novembre 2017
Accueil » Editions » Festival liant
Audrey Vigoureux. ©Lucy Vigoureux

Festival liant

Chaque année, un thème donne le la de ce festival qui réunit musique classique, jazz et créations originales. Une note d’intention, à partir de laquelle résonne un ensemble d’œuvres et d’artistes disparates. L’étendue et l’ouverture traversent chaque édition, et pour cette 7e c’est la dimension historique qui se trouve sous le feu des projecteurs: «intemporel/actuel» pose une étiquette qui s’autodétruit au moment de sa lecture. Cette année, Les Athénéennes vous donnent rendez-vous du Jeudi 1er au Vendredi 9 juin (relâche le 4 juin).

C’est une provocation douce: la musique confond les âges, une œuvre qui touche notre humanité dans son essence s’inscrit à travers les siècles. Pour la commodité de nos pensées et de nos rapports, nous avons besoin de cases, et les auteurs de cette célébration musicale nous rappellent que celles-ci doivent rester des tremplins, des ponts, des vases-cases communicantes afin que nous puissions préserver l’intelligence: cette faculté de relier les choses ensemble – de vivre ensemble.

Déploiement
«Face au constat d’un monde musical clivé par des étiquettes réductrices» dit Audrey Vigoureux, elle et ses deux acolytes directeurs du festival que sont Valentin Peiry et Marc Perrenoud ont voulu tailler des brèches dans nos représentations en proposant des passerelles. Le germe de cette précieuse aventure a pris dans de lointaines conversations que ces trois amis musiciens menaient peu avant la première édition. Désormais, le festival fait référence dans le paysage culturel suisse.
Pour recevoir un public grandissant, la salle de l’Athénée commençait à atteindre ses limites, et pour accueillir des invités tels Dhafer Youssef ou Sergei Babayan (pour ne citer qu’eux), de nouveaux espaces ont été convoités. Les concerts auront désormais lieu au théâtre de l’Alhambra et au Temple de la Madeleine, tandis que L’Abri recevra expositions, masterclasses et soirées Dj.
Ceci dit, la chaleureuse convivialité qui faisait l’empreinte du festival sera précieusement conservée, avec les rituels tapas offerts lors des cocktails qui ont lieu à chaque fin de concert!

La stratégie du mélange
Les organisateurs ont pour principales gratifications les demandes de musiciens prestigieux qui souhaitent revenir jouer, ainsi que les retours des spectateurs. Venu pour jouir d’une musique qu’il connaissait déjà, le public avoue tomber souvent amoureux d’une musique qu’il ne connaissait pas du tout.
Le programme est trop riche pour vous en faire le menu, mais c’est un florilège d’artistes remarquables et remarqués. En une seule soirée, il vous est proposé pour un même prix – voulu accessible à tous – d’écouter une première partie classique, d’en macérer les vibrations durant une pause apéro, puis de vous resservir un verre mélodique de jazz et/ou ciné-concert avant de digérer le tout au bar, en dansant et en assistant peut-être à une jam improvisée de haute voltige!

Boris Dunand

Les Athénéennes
Du Jeudi 1er juin au Vendredi 9 juin (relâche le 4 juin)
Deux soirées de clôture (jusque 4 h du matin) à L’Abri: samedi 3 juin et vendredi 9 juin
www.lesatheneennes.ch
FB: lesatheneennes
benevoles@lesatheneennes.ch

Voir également

200 ans de passion et de bonheur dans un jardin

Les Conservatoire et Jardin botaniques de Genève célèbrent cette année leur bicentenaire. Une fête populaire, …