mardi , 27 juin 2017
Accueil » Editions » Baz’art 2017
Ambiance intime en appartement. ©Julien Gregorio

Baz’art 2017

Sans l’ombre d’une hésitation, le jury de la bourse pour médiateur en art contemporain a immédiatement répondu favorablement au dossier de Simone Aubert et Claire Mayet. Elles l’avaient envoyé au cas où, leur surprise a été presque totale! Mais il est vrai que le Festival Baz’art joue explicitement ce rôle depuis plusieurs années, celui de faciliter la rencontre entre des productions discrètes, inclassables, peu représentées et un public genevois constitué aussi bien des habitants du quartier que des commerçants, et de toute personne curieuse des explorations créatives actuelles. Rendez-vous les 10 et 11 juin à la rue Lissignol.

La mission résonne fortement avec le motif de la bourse: «Favoriser l’intérêt et la compréhension des publics dans le domaine de l’art contemporain».
Cette aide a soutenu différents niveaux: financier évidemment, mais aussi pour l’énergie et la motivation de chacun (le quartier subit des travaux depuis de nombreuses années), et pour la reconnaissance de l’association et la gratification de sa vocation: «insérer les artistes dans le quotidien des gens» comme en témoigne Simone.

Une situation unique
Ces deux journées de la rue Lissignol sont une occasion rare pour les artistes. Simone les reçoit avec une carte blanche, demande à ceux qui ont déjà des projets porteurs s’ils ne souhaitent pas venir tester un aspect moins connu de leur travail. Les concerts en appartement, les scènes et salles réduites, la proximité avec le public, l’intimité ouvrent un espace informel, inhabituel et malléable. Certains en profitent pour expérimenter, des groupes y font leur première scène.
L’interaction avec le public est évidemment au cœur de plusieurs propositions, comme cette sculpture collective à partir d’une benne d’argile crue de Charlotte Nordin (artiste plasticienne). Les arts visuels sont représentés par 11 projets rassemblés par Claire, promettant de découvrir sculptures, dessins, vidéos, céramiques, etc.

Programme
22 groupes, trois vernissages de disques, des Djs, des ateliers, parfois participatifs, le champion du monde de claquettes (Daniel Leveillé), le notoire Julian Sartorius, du folklore moderne, un atelier de boîte à musique participatif (de 4 ans à 99 ans), des performances, du tekno-vaudou au krautrock en passant par la pop muzak, 11 projets d’arts visuels – vous aurez de quoi éprouver des choses inédites!
En écho à son étiquette, le festival Baz’art fait l’éloge de l’inclassable, comme le rappelle joliment Simone – et l’éclectisme des artistes vient à la rencontre de celui du public qui y a sa part créative… Venez donc comme vous êtes!

Boris Dunand

Baz’art
Programmatrices: Simone Aubert – Claire Mayet – avec l’aide précieuse du comité et de la présidente: Isabelle Greiner
Du samedi 10 au dimanche 11 juin
Ouverture du bar à 13 h 30 et première performance à 14 h
Samedi fin à 23 h et fermeture bar 23 h 30
Dimanche fin à 21 h puis ballade au casque avec Julian Sartorius en direction de la Cave 12 avec une grosse surprise secrète et une nuit sans fin
www.baz-art.ch
FB: Baz’art Genève
Devenir bénévole: festivalbazart@gmail.com

Voir également

Les potagers urbains se multiplient

Carouge avait déjà son poulailler et ses potagers urbains en pleine terre. Désormais, la municipalité …