dimanche , 28 mai 2017
Accueil » Editions » L’habit en robes selon Albertine
Créations d’Albertine pour l’exposition Grand Défilé d’Albertine. © Meyrin @Albertine

L’habit en robes selon Albertine

Albertine est pleine de fantaisie. A l’image des personnages qu’elle dessine pour des livres pour enfants et adultes, ou qu’elle expose en Suisse et à l’étranger. Cette fois-ci, elle a décidé de réaliser des robes extravagantes et colorées dans un «Grand défilé» dans les galeries du Forum Meyrin jusqu’au 20 mai.

On pourra (re)découvrir l’imaginaire et les créations sensibles de l’illustratrice genevoise en trois temps: un accrochage (des dessins, des miniatures façonnées dans divers matériaux à observer au travers d’œilletons comme dans un cabinet de curiosités et une vidéo sur ses précieux carnets), un atelier de dessin autour de ses ouvrages et une exposition de robes.
L’accrochage d’une cinquantaine de dessins permet de revisiter ses expositions passées; toutes drôles, émouvantes et surprenantes.

Des histoires au style personnel
Albertine, formée à l’École d’arts décoratifs et à l’École supérieure d’art visuel de Genève, dessine des personnages fantasques en couleurs vives ou dans un noir et blanc sophistiqué. Des êtres croqués dans des situations diverses: Bal masqué et ses poseurs masqués, Musée autour des spectateurs d’œuvres d’art, La pêche miraculeuse et ses élégantes voyageuses perchées sur des poissons, Mise en scène où elle s’instaure scénographe…
«Beaucoup de mes sujets tournent autour de l’humain dans toute sa complexité, ses rapport au couple, au groupe, à la famille, sa part belle ou moche», explique Albertine. «J’ai une passion pour l’observation. J’aime regarder les gens dans la rue, comment ils se tiennent, comment ils s’habillent… et puis j’invente des histoires».

Les femmes et les robes d’Albertine
Albertine aime croquer des femmes. Les siennes sont belles, terriblement coiffées et habillées. On les retrouve dotées d’atours extraordinaires dans plusieurs de ses créations: «J’ai toujours aimé les fringues, et puis l’habit fait partie de ce que nous montrons, c’est important».
Il y eu ainsi l’exposition Grand couturier. Une série de tableaux ultra-colorés avec podiums et modèles délirants, et des robes extravagantes…
Albertine aime la mode et adore les robes. Elle-même s’habille en savantes superpositions et subtils camaïeux…
En 2009, elle a signé Grand couturier Raphaël, les péripéties d’une fashionista dans une folle boutique. L’album a été coréalisé, comme très souvent, avec Germano Zullo, écrivain et poète, son amour à la ville, son auteur à l’ouvrage.

Et puis, il y a deux ans, à l’occasion de la sortie de l’album Les robes, le Salon du livre de Genève lui a commandé 8 robes qu’elle a réalisées en papier et exposées dans d’énormes bulles de plastique.
C’est là que l’idée de façonner de vraies robes est née. «Je rêvais de passer au volume, de sortir des livres!». C’est chose faite grâce aux petites mains expertes des étudiants en couture du Centre professionnel des arts de Genève (CFPAA), à l’Atelier Créature, à Zabo la chapelière, Johannita Mutter la coiffeuse-maquilleuse, Frédérique Jarabo pour l’univers sonore, Yvonne Harder à la mise en scène et Françoise Philippe aux costumes. Albertine a signé les modèles et customisé les chaussures qui les accompagnent. Le tout est follement gai et coloré: «Je voulais du joyeux, le monde est tellement douloureux…».
Restait à trouver comment les présenter… Ce sera tournant sur elles-mêmes et ensemble grâce à une savante mécanique : «On les fait valser!».

Isabelle Fringuet-Paturle

Grand Défilé d’Albertine
Jusqu’au 20 mai
Galeries du Forum Meyrin
place des Cinq-Continents 1, Meyrin
Tous publics, du mercredi au samedi, de 14 h à18 h
Défilé le 23 mai à 18 h 30 et 20 h 30
www.meyrinculture.ch
www.albertine.ch

Voir également

Des stars 2.0

Ils sont jeunes et talentueux, ils cumulent des millions de likes et de vues sur …