dimanche , 28 mai 2017
Accueil » Editions » Du nouveau!
Kaceo sour l’oeil de Benjamin Tosi. ©Benjamin Tosi

Du nouveau!

Une centaine de concerts au compteur, trois ans jalonnés de deux EPs, Kaceo fait un bilan d’étape et l’inscrit sur une galette. Enregistré entre l’Undertown gracieusement prêté et leur local à Lancy, ils se sont offert pour la première fois de nouveaux moyens avec du mixage au Kitchen Studio, un mastering dans l’Electric Room de Stephane Kroug, et même un distributeur officiel.
Résultat, l’énergie du nouveau disque, Mal entendus, n’a aucune peine à se faire entendre! Riche de mille mélodies, de mille mots, toutes et tous venus du plaisir de jouer et du jeu à construire ensemble.

«Le disque le plus proche de ce qu’on livre sur scène» selon Nicolas Vivier, chanteur et fondateur du groupe. La densité est telle, le fourmillement de détails si touffu, qu’il y a de quoi se nourrir les tympans pendant des semaines, sûrs de faire d’incessantes découvertes. 

Bas c’est beau
Avec leur poésie de sueur et de paillettes, Kaceo révèle à demi-mots que ce que l’on cache en bas, c’est beau aussi, et que ça peut nous emmener, sinon très haut, du moins très près les uns des autres. «…après minuit, quand toute ma pudeur se désape, que je deviens ce que je suis…»
Cumul de couches célestes et de strates terreuses, le groupe fait se rencontrer des pôles dont on ne voit que l’opposition, mais qui s’articulent avec richesse: fête et profondeur, gouaille et timidité… L’écriture de Nicolas Vivier propose de jouer des malentendus pour marquer plus encore ses messages, en inversant les points de vue (Les coups de matraque), en jouant avec les codes (Radio edit) – tout comme ils l’ont fait lors de leur rocambolesque apparition à l’Eurovision 2016. 

Le plaisir, c’est les autres
On a le goût des anecdotes chez Kaceo: les garçons transformés en enquêteurs cherchent un fil conducteur entre titres de chansons et coupures de journaux. Ils se rappellent un garçon qui tape pile au bon moment sur son vibraslap à la fin d’une chanson en concert: hop, ce sera enregistré le soir-même dans la salle. Parmi le florilège de précieuses collaborations (Roland Le Blévennec, Adriano Pitteri, Leïla Huissoud, Nyna Loren, Leo Walden, Erwan Luinaud, Fabian Tharin, Erwan Pinard), une invitée verra ses lèvres quitter le micro pour passer à celles du chanteur. C’est la vie et ses chaos intégrés dans la musique.
Pour chacun créer et jouer est une nécessité: soupape ou lieu d’expression, prétexte au plaisir et au voyage – les singularités prennent soin de discuter de leurs différences pour s’accorder sur une harmonie où les accents majeurs et mineurs préservent la vivacité du groupe. Art délicat qu’ils mènent avec brio, dans un mélange de rires et de sérieux similaire à la musique qu’ils nous offrent. Et c’est leur projet du moment: monter sur scène et partager, encore et encore. 

Boris Dunand

Concerts dans les environs à venir (plus de dates sur le site)
Le 1er juin, Le Bouffon de la Taverne, rue de Carouge 44
www.kaceo.net
Disque: Mal entendus, en vente chez votre disquaire et sur internet

Voir également

Des stars 2.0

Ils sont jeunes et talentueux, ils cumulent des millions de likes et de vues sur …