dimanche , 28 mai 2017
Accueil » Editions » Pour NovaSon, l’important c’est l’humain. Depuis 1990!

Pour NovaSon, l’important c’est l’humain. Depuis 1990!

Publi-reportage

Pourquoi? Parce que l’idée de porter des appareils n’est pas toujours facile.
Chez NovaSon, nous avons une grande expérience du relationnel, à laquelle s’ajoute notre soin apporté à régler vos appareils auditifs à votre oreille. En effet, souvent l’on croit que des appareils auditifs sont là pour amplifier le son, un peu comme quand vous augmentez le volume de votre téléviseur. Mais, ceux qui ont une perte auditive vous le confirmeront, augmenter le volume de la TV ne suffit pas. Pourquoi? Parce que certaines fréquences sont nécessaires à une bonne compréhension du message sonore, il va falloir augmenter celles-ci, en fonction de la perte auditive de chaque oreille.
Imaginez que vous êtes dans une voiture, et que vous n’entendez pas très bien votre interlocuteur. Si j’augmente le volume, que va-t-il se passer? Certes, la voix sera amplifiée, mais aussi tous les bruits ambiants, comme le bruit de la route, du moteur, du chauffage… Et si j’ai une perte auditive sur les fréquences de la voix humaine, mais pas sur les fréquences graves (qui correspondent au bruit de la route, du moteur et du chauffage), alors augmenter le volume ne va faire qu’exacerber ma difficulté à comprendre ce que me dit mon interlocuteur. Je vais vivre un envahissement sonore extrêmement stressant, qui ne va rien m’apporter en compréhension. C’est pourquoi, la plupart du temps, les aides auditives mal réglées finissent au placard. C’est là que le relationnel intervient. Car souvent, les gens qui essaient de nouvelles aides auditives font une démarche qui n’est déjà pas facile. Accepter d’avoir besoin d’être appareillé est un long processus, qui demande de reconnaître une certaine invalidité. Vous comprenez qu’il va falloir un bon réglage, pour éviter une réaction de rejet dès le premier essai. Là aussi, le risque que la personne finisse par se décourager est grand.

C’est pourquoi nous accordons à chaque client, l’attention dont il a besoin, à la fois pour l’accompagner dans son processus d’acceptation de son handicap, et du réglage qui lui redonnera le plaisir d’entendre.
Voici le témoignage de l’un de nos clients, qui vous raconte son parcours avec Adel Hamdan, de chez NovaSon. Nous laissons la parole à monsieur George Queloz. «Pour moi, comme pour beaucoup de personnes sans doute, se faire à l’idée de porter des appareils et surtout d’accepter la démarche n’est pas facile. On se sent trop jeune, c’est pour les vieux, pourquoi cela doit-il rester si discret? Alors que de ne pas en porter fait davantage remarquer à notre entourage que l’on a un problème. Le prix peut aussi être un argument, ou un prétexte…! Ce n’est pas donné, certes, mais lorsque l’on se fait soigner une seule dent, cela est parfois encore plus onéreux. Ce message s’adresse à celles et ceux qui hésitent. Pour ma part, je regrette seulement de ne pas m’y être pris plutôt. Cela a complètement changé ma vie et celle de mon entourage.

À quel moment faut-il s’y prendre ?
Au début on se dit que les gens parlent doucement, sans être conscients que c’est nous qui n’entendons pas très bien. On a tendance à baisser le ton pour être au diapason, si je puis dire. Puis les gens commencent à vous dire que vous parlez dans votre barbe. On n’a pourtant pas ce sentiment.
Là, on commence à réaliser que l’on n’a pas entendu, la vie commence à devenir pénible, pour nous et pour notre entourage. On ne s’en rend pas compte.
Je n’allais plus au théâtre, je montais le volume de la télé ou de la radio, ce qui n’est pas agréable pour les autres et peut-être même pour les voisins. À l’apéro, je ne pouvais plus suivre les conversations, je devais me concentrer, lire sur les lèvres, deviner… et finalement comprendre de travers! C’est énervant et fatiguant, on s’isole! Il m’est arrivé de traverser la route et risquer de me faire renverser par une voiture que je n’avais pas entendue arriver. Il ne faut pas attendre cela, il faut aller voir, en premier lieu, un spécialiste fournisseur d’appareils, mais compétent. Il vous enverra ensuite chez un ORL ce qui lui permettra ensuite de mesurer et comparer les tests.
L’appareillage est une chose, le réglage en est une autre et demande du savoir-faire, de l’expérience. C’est tout un art. Je suis beaucoup moins fatigué, moins stressé, je dors mieux. Bref, on retrouve des bruits qu’on avait oubliés, comme l’aiguille des secondes de la pendule ou le craquement du plancher. J’ai retrouvé une qualité de vie que j’avais perdue et je retourne au théâtre.

Ce témoignage, je l’offre à M. Adel Hamdan en reconnaissance à son art et sa capacité de régler les appareils en prenant à cœur le soin et le souci de vous faire retrouver le plaisir d’entendre.
Moi qui me voyais mal être appareillé en fonction du regard des autres, par ce message je l’affiche publiquement et lui donne le droit de le publier dans le but d’encourager tous ceux et celles qui, comme moi, sont victimes de ce handicap qui finalement n’en est plus un.

Georges Queloz»

L. R.

NovaSon Audio Conseil SA
Espace de consultation des Eaux-Vives: Rue de la Terrassière 42, 1207 Genève
Ligne TPG 12, arrêt: Villereuse
Parkings: Villereuse
Eaux-Vives 2000 et Migros
Tél. 022 840 27 40
Espace de consultation de Champel: rue Alfred-Bertrand 4, 1206 Genève
Lignes TPG 1 et 3, arrêt: Plateau de Champel
Tél. 022 347 47 66
www.novason.ch
info@novason.ch

Voir également

Des stars 2.0

Ils sont jeunes et talentueux, ils cumulent des millions de likes et de vues sur …