dimanche , 28 mai 2017
Accueil » Editions » L’esprit ouvert et ouvert à tous!
En-tête de l’UOG sur la couverture de son rapport d’activité pour 1931, extraite de Le premier siècle de l'Université ouvrière de Genève, Quelles cultures et quels savoirs. © UOG

L’esprit ouvert et ouvert à tous!

Un ouvrage vient de paraître en conclusion du Centenaire de l’Université ouvrière de Genève en 2010. Le premier siècle de l’Université ouvrière de Genève retrace les étapes majeures de la longue et belle vie de cette dame du savoir pour tous.

170 pages, une couverture signée Exem, des documents, des photos: Le premier siècle de l’Université ouvrière de Genève est dû à Georges Tissot, ancien responsable syndical et vice-président de l’UOG et Charles Magnin, professeur honoraire d’histoire de l’éducation à l’Université de Genève. Son sous-titre le résume pertinemment: «Quelles cultures et quels savoirs partager? Pour quoi faire?». L’opus retrace l’histoire de cette institution vouée à offrir aux exclus une instruction et des connaissances auxquelles ils n’auraient pas accès sans elle. «L’UOG s’est toujours adressée aux exclus. Ils ne sont plus les mêmes, mais elle est toujours la même», souligne Georges Tissot. Si la notion d’éducation populaire remonte au début du XIXe siècle avec La liberté par l’éducation proclamée par la société du Grütli en 1938, l’instauration de l’instruction publique obligatoire jusqu’à 13 ans en 1872 ou encore les conférences populaires de la Première internationale, c’est à la croisée des XIXe et XXe siècles qu’apparaît la notion d’université ouvrière. L’UOG est née de la conviction de jeunes universitaires inspirée de l’University Extension Movement anglais. «Puisque le peuple dans sa grande majorité ne peut aller à l’université, il faut qu’elle aille à lui» affirme l’un deux, Eugène Pittard, dans La Suisse en 1898. Mais il faudra encore quelques tentatives et années pour aboutir à l’Université ouvrière dont le Journal de Genève publie le programme de cours et conférences en novembre 1910. A charge des syndicats de distribuer des cartes d’entrée permanentes et gratuites aux ouvriers et à leurs «compagnes». «L’UOG est née de la conjonction d’une volonté universitaire et du mouvement ouvrier, parti socialiste et syndicats, de s’adresser aux exclus du pouvoir et du savoir dans un souci de justice et de démocratie», explique Charles Magnin.

Garantir les valeurs de la société
Feuilleter l’histoire de l’UOG, c’est revisiter le temps au fil de ses à-coups et de ses exclus successifs. Les ouvriers de l’origine y seront remplacés par les «saisonniers» italiens et espagnols des années 60, portugais des années 80. S’ensuivront les ressortissants des Balkans puis les Turcs et les Kurdes, et aujourd’hui les requérants d’asile du Moyen-Orient et d’Afrique. Pour eux tous, l’UOG a mis en place des cours de langues, d’alphabétisation, des activités culturelles et d’intégration. «Elles garantissent l’acquisition des valeurs de la société dans laquelle ils vivent», explique Georges Tissot. A partir de la crise économique de 1975, l’UOG accueillera également les chômeurs et s’orientera vers la formation continue. Dans les années 80, les syndicats se réinvestissent fortement dans l’UOG et forment leurs membres aux négociations avec le personnel.
Aujourd’hui, l’UOG «développe une formation de base et continue, en priorité pour des personnes faiblement qualifiées, et qui favorise leur intégration sociale, culturelle, économique et politique». Elle dispense 25’000 heures de cours par an à plus de 5’000 élèves: cours de français, activités culturelles et sportives, formations de culture générale, conférences et un accueil privilégié à son siège Place des Grottes. Georges Tissot a raison: «L’UOG est toujours la même: l’esprit ouvert et ouvert à tous!»

Isabelle Fringuet-Paturle

Université ouvrière de Genève, UOG
rte des Grottes 3, 1201 Genève
Tél. 022 733 50 60
www.uog.ch
Le premier siècle de l’Université ouvrière de Genève, Quelles cultures et quels savoirs partager? Pour quoi faire?, de Georges Tissot et Charles Magnin
CHF 21.-
Couverture Exem, coédition Éditions d’en bas et l’UOG

Voir également

Des stars 2.0

Ils sont jeunes et talentueux, ils cumulent des millions de likes et de vues sur …