jeudi , 21 septembre 2017
Accueil » Editions » La route des Droits des Femmes

La route des Droits des Femmes

Pour Méli, présidente et fondatrice, c’est une Sportster 883 qu’elle aime rappeler «super lourde», alors que Patricia, responsable bénévoles, conduit une Softail deluxe de 1690. Des Harley Davidson pour ces «nanas» de l’association Toutes en Moto qui organise la 5e édition de son défilé annuel le 9 avril au Service des Automobiles. Concerts, stands, restauration mais surtout une bonne action puisque ces filles soutiennent l’association au Cœur des Grottes. Rejoignez cette team très Girl Power en devenant membre sur leur site internet où en vous inscrivant sur place. Rencontre.   

Pourquoi avoir créé cette association et mis sur pied cet événement?
Méli: En 2012, j’étais responsable des Ladies of Harley. Et au sein de ce club 100% féminin, je trouvais qu’on nous regardait un petit peu de travers parce qu’on était des femmes dans le milieu de la moto. Même si aujourd’hui, ça surprend moins, je me suis dit qu’il fallait faire quelque chose pour mettre ces femmes en avant. Après quelques recherches sur internet, j’ai découvert que Toutes en Moto existait à Paris depuis 2010 sous forme d’un défilé rattaché aux droits des femmes… un sujet qui m’a toujours beaucoup touché. Après avoir rencontré les responsables et la fondatrice à Paris, on a eu une super entente et j’ai signé le contrat. De retour sur Genève, j’ai vite compris qu’un «simple» défilé ne fonctionnerait pas donc j’ai eu l’idée d’organiser des concerts et une petite buvette. On s’attendait à 250 motos et finalement on s’est retrouvés à 600 motards.

Justement, les droits des femmes sont vite devenus la cause de l’association…
M.: Cet aspect est venu en discutant avec la journaliste Martina Chyba, qui pour moi, représentait l’image de la femme libre et indépendante. Après avoir entendu son discours, je me suis rendue compte qu’il fallait faire quelque chose. On a commencé les partenariats avec des associations qui travaillent directement avec les femmes et à la fin de l’année, on leur reverse une partie de nos bénéfices. En tant que fondatrice, c’est ça qui me booste et me donne l’impression de faire quelque chose de bien. Après avoir choisi pour la première édition une association qui œuvre au Maroc et au Bénin, on nous a reproché de ne pas agir de manière locale. Du coup, l’année d’après, on a choisi Solidarité Femmes. En 2016, nous nous sommes tournés du côté de l’association au Cœur des Grottes pour laquelle j’ai eu un énorme coup de cœur et fait une merveilleuse rencontre avec Anne Marie von Arx-Vernon. Pour cette édition, on a décidé de refaire une année supplémentaire avec cette association. Les droits des femmes c’est la raison principale de toutes en moto.

Parlez-nous plus en détail de cette journée du 9 avril.
M.: Tout se passera au Bureau des Autos à Carouge. Comme d’habitude, il y aura les stands de nos sponsors et de nos amis. Nous avons également mis sur pied un village alimentaire exotique avec cinq Food Trucks. L’événement débute à midi avec musique d’ambiance et cette année, je voulais deux groupes de musique 100% féminin avec le BBQ et les Foxy Ladies. Le premier concert débute à 13 h avant les discours officiels à 14 h et le départ des safeties se fait 20 minutes plus tard. Ce sont eux qui sécurisent les intersections afin que nous puissions défiler sans avoir de voitures. Sans ces gens et nos bénévoles, notre événement ne pourrait pas avoir lieu. Nous reviendrons aux environs de 16 h 30. Le second concert commencera à 17 h et l’événement se terminera à 19 h.

Comment se passe le défilé?
M.: Les motards, avec ou sans passager, arrivent à partir de midi. A l’entrée, on encaisse CHF 5.-  par casque et nous offrons un autocollant commémoratif, un bracelet et un ballon de la couleur du pilote. Rose pour les filles et blanc pour les garçons. C’est gratuit pour les personnes qui ne participent pas au défilé mais les donations sont les bienvenues.
Patricia: Les pilotes féminins sont séparés des masculins dans le parking afin de constituer un ensemble défini dans le défilé.

Un moment inoubliable de l’aventure?
M.: C’était en 2014 lors de mon premier défilé, je ne l’ai pas fait l’année précédente car j’étais accidentée. On arrivait sur les quais par les Eaux-Vives et on est repartis en direction du Port Noir et j’ai vu les autres motos qui arrivaient en face et l’émotion était telle que j’en ai pleuré dans mon casque. Tout le monde avait le sourire, on se saluait et on se tapait les mains quand on se croisait. Si je pouvais en faire mon métier, je le ferai.
P.: C’est ça le moment fort. L’émotion reste la même et est toujours très prenante.

Propos recueillis par Vanesa Dacuña Rodriguez

Défilé Toutes en Moto
Le 9 avril dès midi et jusqu’à 19 h
www.temch.org

Voir également

Ça bouge pour Sports pour tous!

Le sport, c’est bon pour le corps et l’esprit! À Vernier, l’adage n’a jamais été …