jeudi , 21 septembre 2017
Accueil » Editions » La Cour des Contes marque l’histoire
©Laurent Barlier

La Cour des Contes marque l’histoire

Il suffisait d’un «il était une fois» pour se métamorphoser en preux chevalier ou en princesse téméraire dans des contrées éloignées… avant de s’assoupir sur l’oreiller. Bien plus qu’une tradition avant d’aller se coucher, le conte dispose de codes qui lui sont propres. Associé à tort à l’enfance, il existe des thématiques pour tout public et il peut même être interdit aux moins de 18 ans. Aujourd’hui, ces histoires qu’on aime raconter mais surtout écouter relatent des batailles épiques, des biographies historiques ou des histoires totalement inventées… Et c’est à cet art riche que le festival La Cour des Contes rend honneur. Créé en 1995 à la maison forte d’Arare, il n’a pas toujours été annuel et c’est pour cette raison qu’il fête actuellement sa 20e édition. Pas prêt de conclure sa dernière tirade, l’engouement s’agrandit et cette année, la programmation signe des records avec 44 spectacles et 55 représentations du 28 avril au 7 mai!

Panel de ce qui se passe aujourd’hui dans la littérature orale, de nombreux mythes vous feront découvrir des contes qui ont marqué l’histoire. Et c’est Catherine Gaillard qui ouvre le festival avec les aventures de la Genevoise Isabelle Eberhardt. Cette écrivaine-voyageuse a adopté une identité masculine afin de préserver sa liberté et a parcouru le désert du Sahara algérien où elle dormait à la belle étoile avec les Bédouins. Une disparition tragique à l’âge de 27 ans mettra fin à une carrière prometteuse de journaliste et à ses voyages qui l’ont mené jusqu’aux frontières algéro-marocaines. Elle ne sera pas la seule héroïne à être placée sous le feu des projecteurs puisque c’est au Temple de Plan-les-Ouates, nouveau partenaire du festival, que vous découvrirez Elisabeth Eidebenz. Cette Suissesse courageuse a permis à des centaines de femmes d’accoucher en sécurité près de Perpignan pendant la Seconde Guerre mondiale.
Du côté des mythes masculins, rendez-vous au Moyen-Âge avec Les deux épées du Roi Arthur. Et si le monarque ne possédait pas qu’Excalibur? Des personnages bien connus tels que la Dame du Lac, Merlin ou encore Morgane vous tiendront en haleine. Ulysse, héros incontournable de la mythologie grecque et hantise scolaire est revu par Marien Tillet qui vous propose une image différente de cette figure mythique. Ulysse nuit gravement à la santé, une revanche à vos nuits blanches à lire l’Iliade et un spectacle à ne pas manquer.
Autre moment fort de l’histoire, le combat de Muhammad Ali en 1974. Dans Ali 74, le combat du siècle, Nicolas Bonneau mixe fiction et faits réels à travers un récit, de la musique et des images d’archives et explique comment ce sportif est devenu un modèle de courage qui en inspire plus d’un.

Plus on est de fous, plus on compte…
Une programmation centrée sur Plan-les-Ouates mais un Chat Noir toujours fidèle au poste avec le traditionnel Cabaret des fous le 6 mai à 21 h après le conte Slam où vous pourrez partager vos textes à condition qu’ils ne dépassent pas les trois minutes et qu’aucun accessoire ni musique ne soient nécessaires. Du côté des animations, fabriquez un bento, ces «boîtes déjeuner kawaii» venues du pays du soleil levant, le 6 mai de 10 h à 12 h, de 15 h à 17 h (dès 8 ans). Noël est passé mais il n’est jamais trop tard pour s’adonner à l’art du furoshiki, une technique nippone pour emballer les cadeaux avec du tissu, un paquet somptueux qui fait tout son effet. Plier une feuille de papier afin de lui donner une forme particulière, c’est tout l’art de l’origami que vous pourrez découvrir les samedi 6 et dimanche 7 mai. Six spectacles entièrement en anglais ont été programmés, idéal pour perfectionner son écoute et apprécier la langue de Shakespeare. En anglais ou en français, les contes c’est pour les petits… et les grands!

Vanesa Dacuña Rodriguez

La Cour des Contes
Du 28 avril au 7 mai
Divers lieux
www.plan-les-ouates.ch/contes

Voir également

Ça bouge pour Sports pour tous!

Le sport, c’est bon pour le corps et l’esprit! À Vernier, l’adage n’a jamais été …