jeudi , 21 septembre 2017
Accueil » Editions » La boxe, sport social
Initiation à la boxe, activité TSHM au Gymnase du Petit-Senn. © Ludovic Gilles

La boxe, sport social

Une jeune femme dispose des échelles de cordes et des cordes à sauter sur le sol du gymnase de l’Ecole Petit-Senn à Chêne-Bourg. Elle entasse quelques gants de cuir sur un banc et accueille un groupe de jeunes. Le cours d’initiation à la boxe va démarrer…

Passionnée de boxe depuis l’âge de 17 ans, Anaïs, cette jeune femme qui ne tenait pas en place sur les bancs des Arts déco pratique aussi le Jujistu. Elle combat d’ailleurs dans des compétitions nationales et internationales.
Et tous les vendredi soirs depuis le mois de septembre, elle anime ces cours d’initiation de boxe: «C’est très gratifiant car je rencontre plein de personnes différentes d’un cours à l’autre».
«Ces cours sont gratuits et mis en place dans le cadre des activités organisées par les travailleurs sociaux hors murs, (TSHM), à l’attention des jeunes de Chêne-Bourg, Chêne-Bougeries et Cologny», explique Franck.
Anaïs est accompagnée par une monitrice en formation à la Haute école de travail social de Genève qui a elle-même bénéficié d’un accompagnement par les TSHM pour trouver sa voie professionnelle.

Etre là…
Franck passe au gymnase pour rencontrer les jeunes, souvent avec un ou une collègue. Le rôle des TSHM est de tisser des liens avec les 12-25 ans, de se rendre disponible et d’effectuer un suivi individualisé si besoin. «Nous établissons une relation de confiance sur la base d’un accord mutuel». Et pour ce faire, ils les rencontrent là où ils sont, dans la rue. «On intervient aussi dans les cycles, les collèges, les maisons de quartiers,… pour se faire connaître auprès de ces jeunes et effectuer un travail de prévention». Les TSHM aident aussi ces jeunes à intégrer la vie active en mettant en place des petits jobs et des chantiers éducatifs souvent négociés auprès des mairies. «On bâti des partenariats avec les communes et des structures variées comme Point jeunes,… On a mis en place des ateliers citoyenneté, du bénévolat intergénérationnel dans les EMS, intégré des jeunes sur le Clean up days de la Seymaz, la maintenance et le petit entretien des vélos en libre-service Vélospot», explique Franck, «les jeunes entrent ainsi en contact avec d’autres adultes. Ils apprennent à connaître et respecter leur environnement, leur mairie, les espaces communs et à adopter un rythme de travail».
Il y a aussi des projets collectifs; par exemple, une année durant, une dizaine de jeunes ont travaillé pour partir en séjour à Barcelone avec les TSHM en partenariat avec le Spot. Les TSHM sont engagés par la FASe, la Fondation genevoise pour l’animation socioculturelle, et cofinancés par l’Etat et les communes. Des conventions «tripartites» sont signées tous les deux ans, posant leurs objectifs généraux et opérationnels. «On évolue dans le cadre d’un Référentiel opérationnel du Travail social hors murs qui définit notre éthique et nos pratiques».

Sport pour tous
«On a démarré l’invitation au sport il y a une dizaine d’années avec du football ». L’idée de Sport pour tous était de créer un moment convivial, favoriser la mixité, développer l’esprit d’équipe, du dépassement de soi et « de retarder le plus possible l’heure à laquelle certains jeunes commencent à consommer de l’alcool le vendredi soir… ». Ces instants sportifs se déroulent sur Chêne-Bourg, au Gymnase du Petit-Senn. Puis, désireux d’aborder un nouveau public et notamment les filles, les TSHM ont proposé de l’initiation à la boxe et à la danse. A compter du 6 avril, ces accueils auront lieu le jeudi de 18 à 21 h au gymnase de l’école primaire de Chêne-Bougeries avec un accueil 12-25 ans et des activités élargies à la danse, au street workout et à des sports collectifs.

Isabelle Fringuet-Paturle

TSHM Chêne&Co (Chêne-Bourg-Chêne-Bougeries-Cologny)
Permanence le mardi soir de 17 à 19 h
Le Spot
rue François Perréard 2, 1225 Chêne-Bourg
www.tshmtroischene.ch

Voir également

Ça bouge pour Sports pour tous!

Le sport, c’est bon pour le corps et l’esprit! À Vernier, l’adage n’a jamais été …