lundi , 24 juillet 2017
Accueil » Editions » René Longet vous mène à l’essentiel!
René Longet. © LHumen

René Longet vous mène à l’essentiel!

C’est en 2005 que Planète, sauvetage en cours – Une responsabilité collective voit le jour, preuve de l’engagement de René Longet quant au développement durable et à l’avenir de la Planète. C’est en octobre 2016, que l’ouvrage reparaît dans une version complètement remaniée puisque l’auteur n’a gardé que 10% du contenu d’origine. Un mois plus tard Aller à l’essentiel – Repères pour notre temps apparaît et traite les problématiques de l’engagement citoyen. Un sujet que cet homme de convictions connaît bien puisqu’il a notamment été maire d’Onex pendant 12 ans. Il se positionne sur des valeurs humanistes et d’équité, et ne se situe ni du côté de l’optimisme ni du pessimisme; c’est la passion qui anime sa voix quand il cite le philosophe Vladimir Jankélévitch: «cette chose qu’il faut faire, c’est moi qui dois la faire». Rencontre.

Deux ouvrages, dont une réédition, un besoin particulier de vous exprimer?
L’actualité mondiale provoque un vaste bousculement et il est important de donner des repères aux gens. Même si pour l’instant on vit relativement bien chez nous, l’insécurité ressentie à tous les niveaux et les inégalités s’installent dans les pays industrialisés à travers une mondialisation sans foi ni loi. Le monde est troublé et la montée des nationalismes le prouve! Les gens ont la sensation d’endosser un rôle de victime face à des sujets qui leur échappent.
Dans mon livre «Aller à l’essentiel», je mets en avant mon parcours afin de prouver que l’engagement est possible. Nous pouvons tous amener notre pierre à l’édifice, plutôt que d’adopter une passivité qui nous pousserait à râler dans notre coin. Des idéologies de division réapparaissent avec force et font passer la haine avant la compassion et c’est dans ces moments qu’il faut penser à des figures comme Mandela ou Gandhi.
Le monde se trouve bel et bien à la croisée des chemins et il faut s’engager localement pour des solutions globalement intelligentes. Il n’y a pas que l’affrontement entre une globalisation démesurée et des nationalismes agressifs et niveleurs, qui ne laisse pas de place à la diversité et aux droits humains. C’est le message que je désire faire passer! «Aller à l’essentiel» est un livre de motivation et «Planète, sauvetage en cours» la documentation qui l’accompagne. Même s’ils sont indépendants, ces ouvrages se complètent. 

Interagir en tant qu’individu pour contribuer à une responsabilité collective. Est-ce la clé?
Je pense que la clé est de rappeler que nous sommes des êtres à la fois individuels et sociaux. Si nous nous restreignons à la dimension collective, nous n’avons plus de sphère personnelle et je pense que c’est un droit qui nous appartient par nature. Par contre, si l’on suit la tendance actuelle qui privilégie la sphère individuelle, on occulte le fait que sans les autres, nous n’existerions pas. C’est un équilibre à trouver. Personne ne doit se complaire dans le statut de victime, il faut être actif et critique mais aussi proposer des solutions positives. Je ne suis pas en charge du monde mais de ma conduite dans le monde et c’est très différent. 

Justement, dans votre livre Aller à l’essentiel, Sandra Widmer Joly vous demande s’il est possible «d’exister sans s’engager»?
Bien sûr qu’on peut exister sans s’engager mais ça veut dire que l’on se prive d’une partie de son potentiel, de sa nature d’être humain

Propos recueillis par Vanesa Dacuña Rodriguez

Voir également

Paléo Festival: J’emporte quoi dans mon sac?

Le festivalier est un aventurier paré à toute éventualité. Les plus prévoyants auront toute la …