mercredi , 26 avril 2017
Accueil » Editions » Il était une fois le bassin de Floraire
© Mairie de Chêne-Bourg

Il était une fois le bassin de Floraire

Le Parc Floraire est un parc public qui jouxte la Mairie de Chêne-Bourg. «Un grand parc dans la plus petite commune du Canton!», souligne Eric Bodenmuller, responsable du service des constructions et du développement durable. Ce domaine de verdure de près de 17’000 m2 est un havre de paix composé d’un joli chalet de bois foncé qui abrite des services municipaux et un restaurant qui installe ses tables à l’ombre de beaux arbres dès le printemps, d’une dépendance et d’un jardin recomposé en 2012 par la Mairie afin de lui rendre tout son lustre d’autrefois.

Sous l’impulsion de Beatriz de Candolle, Conseillère administrative, des spécialistes du centre de formation de Lullier et des maîtres en rocailles du Conservatoire et Jardin botaniques de Genève y ont réintroduit les plantes de rocailles, murs fleuris et plantes suisses de son origine. 51 espèces ont été plantées à la façon de l’époque d’Henry Correvon, dont un plant de Saxifraga probynii «Correvon» avec ses fleurs blanches si rares à Genève… Henry Correvon en cultivait ici.
Le célèbre botaniste vaudois a acquis ces deux hectares à Chêne-Bourg en 1902 en raison de leurs différentes natures de sols et de leur source naturelle indispensable à ses cultures, «des endroits secs et graveleux dans le bas de la propriété, une terre lourde et argileuse dans le haut, un coin humide et presque marécageux au bas de la pente de l’avenue centrale et un sol léger dans sa parcelle occidentale»… C’était le terrain idéal pour cultiver ses plants et récolter les graines qu’il commercialisera en Europe. D’aucuns affirment qu’il entendait «faire comprendre aux horticulteurs, aux importateurs et au monde du jardinage en général, qu’il est préférable d’obtenir les plantes par semis plutôt que de les arracher dans la nature». Le Père des jardins Alpins créa à Floraire un jardin alpin d’acclimatation de plus de 20’000 espèces et serait l’inventeur de la vente par correspondance de graines.

Un bassin extraordinaire
La Mairie de Chêne-Bourg rachètera la propriété à ses descendants en 1980 et y entreprit des travaux de réaménagement en organisant un concours d’architecture. Le premier prix fut remis à Par cours d’eau signé par Claude Ciani, Philippe Vasey et Dominique Zanghi. Le jardin public fut inauguré en 1989. Une entrée magistrale, un pavillon, un balcon-point de rencontre, des pergolas, des cheminements, différentes formes de nature dont un labyrinthe furent aménagés et un immense bassin de 120 mètres de long pavé de mosaïques fut creusé en son cœur, «la colonne vertébrale du parc ». C’était le parcours d’eau, «un bassin ponctué de cascades, de ruisseaux, d’îles, de grottes et de passerelles», le décrit Eric Bodenmuller. Mais des questions de sécurité ont imposé sa rénovation. Démarrée en octobre 2016, elle s’achève ce printemps et livre un bassin quasi à l’identique. «Nous l’avons rehaussé pour atteindre une profondeur de seulement 20 cm», précise Bertrand Longchamp, responsable des parcs. Les bassins et grottes ont également été remblayés «en respectant l’esprit et l’aspect d’un jardin à l’italienne, ajoute Eric Bodenmuller. De plus, cette rénovation est écologique et économique avec trois fois moins d’eau à traiter». Le bassin est désormais revêtu de gris foncé «pour donner l’illusion de profondeur» et préserver ses vertus de fraîcheur. Dès le printemps, les Chênois retrouveront leur jardin séculaire et son bassin extraordinaire… Le printemps sera beau à Chêne-Bourg!

Isabelle Fringuet-Paturle

Le Parc Floraire
Avenue Petit-Senn – Chemin de Floraire, 1225 Chêne-Bourg
www.chene-bourg.ch

Voir également

Des stars 2.0

Ils sont jeunes et talentueux, ils cumulent des millions de likes et de vues sur …