lundi , 20 novembre 2017
Accueil » Editions » Faire le tri, oui mais mieux
Une animation Eco-Citoyen dans une commune du Canton. © Eco-Citoyen

Faire le tri, oui mais mieux

Dis-moi comment tu tries, je te dirai qui tu es… Cela pourrait être le credo d’Eco-Citoyen qui a pour vocation de nous faire trier nos déchets. Comment? En diffusant conseils et informations à la population!

Eco-Citoyen a été créé en 2014 par Rémi Merle et Claudia Marsella. Rémi, manager qualité, est impliqué dans le développement durable depuis plus de 15 ans, notamment auprès du bureau ECO21 et de l’Association pour la sensibilisation au développement durable à Genève. Son alter ego, Claudia, est biologiste diplômée d’un Master en Sciences de l’environnement couronné par le Prix InnoTech 2012 des SIG.
Leur association «à but non-lucratif, a pour but de promouvoir le développement durable et l’application de ses principes auprès des habitant-e-s du canton de Genève, tout en favorisant l’insertion sociale de personnes en difficulté».
Le sujet est d’importance si on en juge la quantité de déchets produite: 594,5 kilos par habitant en 2015. Pourtant, le tri est de rigueur, les poubelles sélectives font partie du paysage, et nul n’aura échappé à la campagne des P’tites poubelles vertes et la distribution de 100’000 kits de tri à la population par les communes et l’Etat. Mais des efforts restent encore à faire, «46% de nos déchets sont actuellement recyclés, détaille Rémi, en passant à 80%, on économiserait plus de 28 millions de francs sur les factures annuelles d’incinération». D’accord, mais que faire de plus? «Il faut que nous changions les comportements», affirme Rémi, «et pour cela, il faut expliquer et convaincre les habitants». C’est là qu’Eco-Citoyen entre en jeu: conseils personnalisés à domicile, actions d’information et d’animation dans les écopoints, groupes de discussion, animations dans des écoles, ou encore des ateliers du futur «déchets» dans différentes communes, Chêne-Bourg, Thônex, Lancy, Bernex ou encore Genève.

Changeons les comportements!
«C’est bien de communiquer et de légiférer, mais c’est un fait qu’il n’y aura pas de développement durable s’il n’y a pas de changement de comportement», insiste Rémi. «Si on veut des progrès, il faut des actions de proximité et de sensibilisation. Il faut parler aux gens, leur expliquer ce qu’eux-mêmes et la collectivité ont à gagner et leur démontrer que ce n’est pas contraignant». Il n’est pas facile de changer de comportement, «mais une fois que les gens sont convaincus, l’émulation est un réel moteur!», enchaîne Claudia. Les actions d’Eco-Citoyen s’adressent indifféremment à tous, enfants, ado, adultes et seniors, et aussi aux 40-60 ans, un peu oubliés des campagnes d’information. La Suisse figure parmi les «champions» européens en matière de production des déchets avec 714 kg produits par an et par personne (quasi deux fois plus que la Suède): il est temps de faire le tri. Après, on suivra Eco-Citoyen dans sa prochaine étape: diminuer le gaspillage. L’association aimerait importer les Réfrigérateurs en libre service berlinois. Pour l’heure, Eco-Citoyen a initié un réseau des prêts d’objets entre voisins à Lancy l’année dernière à l’instar de Pumpipume de Berne.

Isabelle Fringuet-Paturle

Association Eco-Citoyen
Avenue des Communes-Réunies 90, 1212 Grand-Lancy
info@eco-citoyen.ch
eco-citoyen.ch

Voir également

200 ans de passion et de bonheur dans un jardin

Les Conservatoire et Jardin botaniques de Genève célèbrent cette année leur bicentenaire. Une fête populaire, …