dimanche , 26 février 2017
Accueil » Editions » Apocalyptica musicale
© Christie Goodwin

Apocalyptica musicale

Quand le classique côtoie le heavy-métal, le mélange détonne autant qu’il étonne. Et c’est au Théâtre du Léman qu’on se rend pour découvrir Apocalyptica, un groupe qui s’éloigne des diktats musicaux.

Qui a dit que la musique classique et le heavy-métal ne faisaient pas bon ménage? En tout cas pas les quatre finlandais d’Apocalyptica qui combinent deux de leurs passions: jouer des chansons de Metallica… au violoncelle! 

20 ans de succès
Originaires d’Helsinki, Eicca Toppinen, Max Lilja, Paavo Lotjonen et Perttu Kivilaakso ont tous une formation musicale classique. Fans de heavy-metal, ils se lancent dans une aventure plutôt originale puisque c’est en 1993, qu’ils forment un groupe et reprennent des chansons de Metallica avec leur violoncelle.
L’attitude, les cheveux longs, le maquillage ou la scénographie contrastent avec la douceur des sonorités de type classique de leurs instruments.
En tournée pour les 20 ans de leur premier album, le groupe passera par la Suisse. Ne manquez donc pas leur concert genevois le 6 février au Théâtre du Léman. Séance de rattrapage possible à Zürich, le lendemain. 

Mélodie et gros riffs
En 1996, sortie de leur premier album, Plays Metallica by four Cellos. Le concept a de quoi surprendre, mais le style fait mouche et le succès est au rendez-vous. Depuis, ils ont repris les titres d’autres groupes de rock et ont aussi écrit leurs propres chansons. D’ailleurs, en 2000, ils sortaient The Cut, composé principalement de leurs morceaux.
En 2016, après huit albums, ils reviennent à leurs origines en décidant de rééditer leur premier CD. Celui-ci est enrichi de quelques morceaux en bonus à découvrir lors de leur tournée.
Bien que faisant figure d’outsider dans le monde du métal, le groupe a réussi à tirer parti de son essence même. Il se révèle mélodique et bien plus novateur que la plupart des autres formations du genre. La qualité des morceaux repris est excellente et la maîtrise parfaite de leurs instruments permet de transporter les mélomanes dans de nouvelles contrées auditives. Et comme le dit si bien le morceau de Metallica, c’est à ce moment que Nothing else matters (que rien d’autre ne compte).

Lauren Hostettler

Apocalyptica, le 6 février
Théâtre du Léman, 20 h

Voir également

A Versoix, le «choc’» remplace le «cheese»!

Cités en cœur par les touristes de passage, difficile de passer à côté du trio …