vendredi , 19 janvier 2018
Accueil » Editions » Les fils de Lolvé Tillmanns
Lolve Tillmanns ©Jay Louvion

Les fils de Lolvé Tillmanns

Lolvé Tillmanns, cette auteure genevoise d’adoption, s’intéresse «à presque tout avec un amour particulier pour la littérature, la gastronomie et les voyages». De plus, elle enseigne le français à des adultes et «j’écris des trucs» dit-elle. Plus que des «trucs», elle a récemment publié, aux Editions Cousu-Mouche, son dernier roman Les fils. Après quelques années dans la gestion de projets et le marketing, elle se demande ce qu’elle veut faire et la réponse est claire: écrire! Après 33, rue des Grottes et Rosa, Lolvé Tillmanns revient en force avec Les fils! Petit focus sur le dernier roman.

Romans, nouvelles… d’où vient cet amour pour l’écriture?
Je suis d’abord une lectrice qui est tombée dans les livres étant petite. Tout le monde lit dans ma famille. Et puis, au détour d’une réflexion sur mon avenir professionnel, j’ai fait le choix d’écrire pour de vrai, c’est-à-dire de ne pas m’arrêter lorsque la chose devient difficile.

Que représente l’écriture à tes yeux justement?
Un travail sans fin.

Quels sont les thématiques abordées dans Les Fils?
Il s’agit de LA question piège… C’est vraiment difficile de « faire le pitch » de son propre roman. Cédric, mon personnage principal, est très sûr de lui, puis le suicide d’un de ses employés brasse toutes ses cartes. Il va chercher à comprendre ce qui est arrivé et se retrouve contraint à fouiller dans sa propre enfance. Ça parle de la mémoire et de ses tromperies, je suppose.

Lors du vernissage du roman à la librairie du Boulevard, la comédienne Cerise Rossier a offert une interprétation du roman. Pourquoi?
Je n’aime pas particulièrement écouter un auteur parler d’un bouquin que personne n’a encore lu, ce qui est évidemment le cas lors d’un vernissage. Alors j’ai demandé à une comédienne que j’apprécie tout particulièrement, Cerise Rossier, de m’aider à rendre les choses plus vivantes et elle a pris les choses en main.

Quels sont tes projets à venir?
Je pars écrire dans une résidence artistique à Buenos Aires de janvier à juin grâce à la bourse que m’a accordée la Ville de Nyon. Je me réjouis de pouvoir consacrer tout mon temps à un roman pour lequel je fais des recherches depuis plus d’un an. Et un autre roman paraîtra en septembre 2017.

Le mot de la fin?
Fin!

Propos recueillis par Igor Rodrigues Ramos 

www.lolvetillmanns.ch
Fb: Lolve Tillmanns
Les éditions Cousu Mouche: www.cousumouche.com

Voir également

Des huîtres sur place ou à l’emporter!

Le Seventy5 soigne ses traditions et à l’arrivée des fêtes, l’enseigne du Crowne Plaza Geneva …