mardi , 22 août 2017
Accueil » Editions » Lumière sur l’abat-jour
Adelia, fabricant d’abat-jours, dans sa boutique ©Isabelle Fringuet-Paturle

Lumière sur l’abat-jour

Un abat-jour est «un réflecteur, généralement en tissu, qui rabat et atténue la lumière d’une lampe». Mais au-delà de cette fonction fort utile pour dompter la lumière et l’orienter au mieux, l’abat-jour est aussi un élément de décoration à part entière.

L’abat-jour peut être de formes diverses, cylindrique, rond, carré, ovale, conique, à pans coupés, en forme de pagode, de dôme, de pyramide, il peut être pince, écran ou applique, haut ou pas, large ou moins… On peut en découvrir un grand nombre dans la boutique-atelier d’Adelia à Plainpalais: Contre-jour. Adelia Amaral est un des rares fabricants d’abat-jours qui travaille encore. Elle est un artisan qui façonne à la main et sur-mesure les abat-jours que ses clients lui commandent. Elle a d’abord travaillé pour d’autres et est à son compte depuis trois ans. «Cela fait 28 ans exactement que je fabrique des abat-jours!».

J’apprends encore aujourd’hui!
«J’ai appris toute seule en défaisant de vieux abat-jours, et j’apprends encore aujourd’hui». Pour fabriquer un abat-jour, Adelia utilise une carcasse à la forme choisie. Son fournisseur est en Haute-Loire en France, «nous n’en avons pas trouvé en Suisse». Ensuite, elle habille la carcasse avec un tissu choisi par son client ou parmi les siens, «peu importe, pourvu qu’il ne soit pas trop mou». Et là commence le travail d’habillage, «le plus complexe à réaliser sont les plissés». Au-dessus de sa grande table de travail en marbre, «où je peux étaler mes rouleaux de tissu», trône un grand abat-jour cylindrique rond habillé de petites fleurs bleues. «Il a d’abord fallu couper et mesurer le PVC et le tissu aux mesures de la carcasse, puis, coller la couture du PVC à l’arrière et laisser sécher avec un poids. Cette structure est ensuite habillée du tissu cousu à la couture, et le tout est remis sur la carcasse et laissé au repos quelques heures. La finition se fait avec un ruban ou un biais. «Je touche mes abat-jours au moins quatre fois avant de les finir». Il lui faut d’une semaine à parfois un mois pour les fabriquer. Adelia montre un ravissant abat-jour habillé d’une fine soie gris foncé rehaussée de minuscules feuilles et fleurs vertes et mauves, «chez moi, on choisit tout!». Clin d’œil aux abat-jours vendus en grande surfaces: «Il n’y a pas de choix, peu de formes et de motifs. Les abat-jours proposés sont souvent unis dans les mêmes tons». Adelia prépare toujours un devis: «le prix varie en fonction de la forme et de la taille de la carcasse, du tissu…». Et Adelia façonne des abat-jours pour tous: des petits pour un chevet ou des immenses pour un hall d’hôtel ou une salle de restaurant… Les abat-jours d’Adelia sont beaux, originaux et surtout lumineux!

Isabelle Fringuet-Paturle

www.contre-jour-geneve.ch

Voir également

Paléo Festival: J’emporte quoi dans mon sac?

Le festivalier est un aventurier paré à toute éventualité. Les plus prévoyants auront toute la …