mardi , 27 juin 2017
Accueil » Editions » Echange émotif
© Sylvie Meynier

Echange émotif

C’est à la fin du XXe siècle que le professeur Adalberto Barreto lance la thérapie communautaire intégrative, au Brésil. Importée à Genève depuis, Sylvie Meynier a suivi une formation spécialisée de cette méthode qu’elle qualifie de très puissante et propose des rencontres mensuelles aux Grottes.

Depuis près d’un an, Sylvie Meynier anime un espace d’échange et de partage libre accessible et ouvert à tous. Accompagnée de Charlotte Taront, elle emploie cette méthode afin de renforcer le soutien communautaire.
«Le but principal est de donner aux gens de toute origine et de tout milieu social, l’occasion de se rencontrer et de partager, en d’autres termes, voir que même si nous ne traversons pas les mêmes difficultés, les émotions vécues sont comparables», explique Sylvie Meynier. Ainsi, les échanges permettent de mettre en avant ses émotions afin de se focaliser sur les similitudes, plutôt que sur les différences.

Déroulement des échanges
L’idée est d’avoir un cadre comportant des règles de respect et de non jugement comme dans d’autres groupes, mais ici, pas de conseils. La séance débute par la sélection de la thématique, «chacun peut partager une problématique et s’il y en a plusieurs, nous en voterons une, tout en apportant les raisons du choix», complète l’organisatrice. Des sujets qui peuvent être très différents et concernent aussi bien la difficulté à trouver du travail que l’intégration en Suisse, mais aussi des problèmes plus inhérents à la famille, comme les conflits entre parents et adolescents. Ensuite, la personne dont le thème a été choisi devra donner plus de détails concernant sa situation et répondre aux éventuelles questions des autres participants pour qu’ils puissent mieux comprendre. Finalement, chacun pourra partager soit une situation identique qu’il aurait vécue et surmontée, soit une émotion ressentie dans un cadre différent. Ainsi, tous les participants échangent la richesse de leurs expériences sans apporter de solution concrète. «L’idée n’est pas de conseiller, mais plutôt de partager son vécu pour que la personne qui reçoit les informations puisse faire sa propre démarche analytique, tout en s’inspirant du vécu des autres». L’invitation pour le 21 juin est lancée.

Eugénie Rousak

Prochaine rencontre:
Le 21 juin à 18 h 30 (pas d’inscription)
Maison Verte
Place des Grottes 5
Chaque troisième mardi du mois à 18 h 30

Voir également

Les potagers urbains se multiplient

Carouge avait déjà son poulailler et ses potagers urbains en pleine terre. Désormais, la municipalité …