jeudi , 23 novembre 2017
Accueil » Editions » Portraits croisés
La campagne les 20 ans des HUG © HUG

Portraits croisés

Les HUG fêtent leurs 20 ans. C’est en effet en 1995 que l’hôpital cantonal, existant depuis le début de la Réforme, et sept autres institutions de soins publiques se sont réunis pour créer les Hôpitaux Universitaires de Genève.

Objectif: maîtriser les coûts et accroître l’efficacité des soins. Côté sites, ils se composent des hôpitaux de Bellerive, Loëx, Trois-Chêne, Beau-Séjour, de l’Hôpital de psychiatrie, du Bâtiment principal, de la Maternité et de l’Hôpital des enfants. Côté chiffres, les HUG représentent 26’000 interventions chirurgicales, plus de 4’000 naissances, 87’000 urgences, 10’500 collaborateurs et 60’000 patients sur un an.
C’est autour de la relation qui existe entre patients et collaborateurs que la campagne de communication des 20 ans des HUG a été conçue. Cette primauté du patient et des relations humaines est incarnée par le slogan Les HUG veillent sur vous placé sous un logo revisité. Portraits et verbatim de patients et collaborateurs s’affichent dans tous les établissements.
Des portraits Pop art sont ainsi déclinés en monochromes rose, vert, jaune, et bleu. Ces 129 visuels sont exposés à l’intérieur des bâtiments, dans les parties communes, comme à l’extérieur, sur les parkings, pour accueillir visiteurs et patients d’un beau sourire et accompagner le personnel au travail.

Témoignages croisés.
Peggy, 26 ans, est apprentie Aidant soins et accompagnement: «Une de mes patiente ne voulait être transférée qu’avec moi, « quand je suis avec vous, j’ai l’impression que je ne suis plus malade ». Alors, je me suis dit: Peggy, quand tu te lèves le matin, ce n’est pas pour rien!».
Luis a été hospitalisé trois fois pour maladie grave: «Les HUG, c’est mon poumon. Ils m’ont sauvé la vie par trois fois. Continuez!».
Gwenaël, homme sage-femme: «En tant qu’homme, je peux percevoir tout ce qu’un homme peut ressentir, c’est comme un tremblement de terre!».
Giovanni, 54 ans, se rend trois fois par semaine aux HUG pour des dyalises: «Ici c’est un peu ma deuxième famille. On arrive à rire ensemble. Je leur dis merci!».
Laurence, infirmière en psychiatrie, qui a accompagné ses patients en ville, «hors de l’hôpital»: «Le plus important c’est l’écoute de ce que vit l’autre, et aussi de croire ce qu’il nous dit».
Michel atteint d’une mucoviscidose a passé trois mois aux HUG pour une transplantation pulmonaire: «Je me souviens de toutes ces personnes dans l’ombre autour de moi, dans les soins intensifs. Cette présence permanente, efficace et technique, c’est justement ce que m’évoque le slogan Les HUG veillent sur vous depuis 20 ans. Je leur témoigne une infinie reconnaissance».

Isabelle Fringuet-Paturle

 

www.vousetnoushug.ch

Voir également

200 ans de passion et de bonheur dans un jardin

Les Conservatoire et Jardin botaniques de Genève célèbrent cette année leur bicentenaire. Une fête populaire, …