vendredi , 24 mars 2017
Accueil » Editions » Chanter pour vivre libre!
Marianne Sébastien à la boutique Voix Libres, 32, rue des Grottes, Genève. © Voix Libres

Chanter pour vivre libre!

Marianne Sébastien est aussi flamboyante que les pashminas, les sacs, les bijoux ou les jouets multicolores de la boutique solidaire Voix Libres du 32, rue des Grottes.

 «250 articles, tous fabriqués dans les entreprises solidaires et ateliers d’artisanat de Voix Libres en Bolivie!». Un peu plus loin, sur le même trottoir, il y a les bureaux de l’association: «Quatre arcades ne suffisent plus à notre développement».
Marianne a créé cette association en 1994. Voix Libres, «pour donner une voix aux sans-voix», parce qu’elle est convaincue des vertus du chant. D’aucuns la surnomment d’ailleurs La voix du cœur… Cantatrice professionnelle, elle a longtemps travaillé à doter les muets de paroles et organise aussi des stages de chant, 17 l’an passé, «pour libérer le feu et ouvrir les cœurs».
Mais tout a commencé à Potosì, une région minière du sud Bolivien où les enfants travaillent trop et trop jeunes. Là, elle rencontre le Père Santiago. Ce prêtre belge, qui a consacré 30 ans de sa vie à cette misère séculaire, lui lègue sa mission. Elle a d’abord fait chanter les enfants éreintés, terrorisés et affamés: «Cela permet de libérer des traumatismes et de passer de la solitude à la chaleur d’une communauté», raconte Marianne.

Eradiquer la violence et la misère
Les projets s’ensuivirent sans relâche: bourses d’études, matériel et soutien scolaire, orphelinats, écoles, aires de jeux. Mais ce n’est pas tout, Voix Libres finance des programmes de santé, des microcrédits dont 90% des bénéficiaires sont des femmes, parfois en prison: «Pas question d’assister, la confiance en soi se gagne grâce à un travail. Les femmes esclaves deviennent entrepreneurs et les bénéfices financent nos projets», explique Marianne. Elle égrène les réalisations de la fundacìon: «Irrigation, électricité, égouts, des programmes alimentaires avec la culture de quinoa bio dans les Walipinas, ces jardins mi-souterrains de l’Altiplanos. Le dernier a été creusé sous l’école Robertito à 4’600 m d’altitude. Un travail herculéen».
Marianne est imperturbable et redoutablement déterminée. C’est cette énergie incroyable qui est à l’origine de Voix Libres et surtout de la réussite de son modèle inédit pour éradiquer la violence et la misère. Reconnue d’utilité publique en 1996, figurant parmi les quatre ONG suisses au Top 500 NGO, Voix Libres a mis en place un cercle de développement national en Bolivie: Potosì, Titicaca, La Paz, Pochabamba,… «Maintenant, on place tous nos efforts à bâtir la Cité de la bonté, un centre de formation aux bons traitements à Cochabamba», conclut Marianne.
Décidément, comme le dit la chanson, La vie c’est plus marrant, C’est moins désespérant, En chantant.
Alors chantez maintenant! Le prochain stage de Marianne aura lieu en Ardèche du 19 au 22 mars.

Isabelle Fringuet-Paturle

www.voixlibres.org
Rue des Grottes 28-32, 1201 Genève
Tél: 022 733 03 03
voixlibres@voixlibres.org

Voir également

A Versoix, le «choc’» remplace le «cheese»!

Cités en cœur par les touristes de passage, difficile de passer à côté du trio …