vendredi , 20 avril 2018
Accueil » Editions » Opéra de Pékin au Grand Théâtre de Genève
Wang Yi dans La Légende du serpent blanc. ©DR

Opéra de Pékin au Grand Théâtre de Genève

Il était une fois des veuves contraintes de défendre l’honneur de leur famille sur le champ de bataille… et une belle demoiselle qui abritait l’esprit du Serpent Blanc. Le samedi 31 octobre et le dimanche 1er novembre, le Grand Théâtre de Genève accueille deux représentations du Jingju Theater Company of Beijing Ensemble. Une occasion unique de découvrir les subtilités de l’opéra de Pékin!

Art aux multiples facettes
Qu’est-ce que l’opéra de Pékin? Il désigne une forme traditionnelle de théâtre musical, apparaissant dans la capitale impériale vers 1790. Nommé jīngjù en chinois, il mêle musique, danse acrobatique, chant, jeu scénique et costumes chatoyants. Ses récits s’inspirent de l’histoire, de la littérature ou du folklore chinois. Apprécié tant à la cour des derniers empereurs Qing que sous le gouvernement de Mao, le jīngjù est aujourd’hui connu à travers le monde, en tant qu’art scénique traditionnel chinois.

Entre acrobaties et codification
Avec ses sonorités stridentes, ses décors minimalistes et sa musique sobre, le jīngjù est un art difficile à appréhender pour le public occidental. Très précise, la mise en scène joue sur les effets symboliques attachés à chaque personnage: rôles masculins et féminins sont très codifiés et chaque geste, chaque maquillage est porteur de sens. Il y a l’homme digne d’un certain âge, le jeune premier à la voix hésitante, le guerrier aux acrobaties effrénées, la femme libre et vive, la belle aristocrate, la combattante redoutable ou la grand-mère vénérable… sans oublier le bouffon, qui fait rire tout en redressant quelques torts!
Si l’opéra de Pékin est déroutant aux premiers abords, c’est un art complexe qu’il vaut la peine de découvrir et de savourer. Au-delà de la rareté du spectacle, c’est son caractère inattendu qu’il faut apprécier–pour bousculer ses habitudes et se frotter à l’ailleurs…

Quand Pékin rencontre Genève…
Avant sa fermeture pour rénovation en janvier 2016, le Grand Théâtre frappe fort et propose à son public une programmation inattendue: les deux spectacles du Jingju Theater Company of Beijing Ensemble en sont la preuve! Avec Les femmes générales de la famille Yang et La Légende du serpent blanc, cette troupe chevronnée, affiliée à la municipalité de Pékin, présente deux œuvres grandioses: un récit historique de bravoure militaire et une légende poétique, entre amour et malédiction. Pantomimes, acrobaties, danses et chants, le dépaysement sera garanti. De quoi s’offrir un petit goût d’ailleurs, avant que le Grand Théâtre ne déménage pour deux ans sur la rive droite, dans le nouveau bâtiment de l’Opéra des Nations. Amoureux de la Chine ou curieux insatiables, les mystères de l’opéra de Pékin sont à découvrir!

Magali Bossi

Opéra de Pékin
Le 31 octobre (19h30), Les femmes générales de la famille Yang
Le 1er novembre (15h), La Légende du serpent blanc
Grand Théâtre de Genève, pl. de Neuve 5, 1204 Genève
Tél. 022 322 50 50
www.geneveopera.ch

Voir également

La Cour conte ses histoires

Souvent universelles, parfois intemporelles, les histoires émerveillent toujours et captivent à tous les coups. Pour …