mercredi , 20 septembre 2017
Accueil » Editions » Sade, un athée en amour
Portrait du XVIIIe siècle de Laure de Sade, muse de Pétraque et aïeule du marquis. Collection particulière © Naomi Wenger

Sade, un athée en amour

Pour le bicentenaire de la mort de l’auteur le plus sexuel et blasphématoire de la littérature française, l’exposition présentée par la Fondation Bodmer jusqu’au 12 avril révèle la place essentielle qu’il occupe dans notre histoire culturelle.

Donatien Alphonse François de Sade (1740-1814), c’est l’obsession de violence et de sexe, la perversion cruelle du désir, un athéisme irréductible, un effrayant regard sur la férocité humaine, mais aussi une merveilleuse maîtrise de la langue et une liberté d’écriture sans doute jamais atteinte dans le reste de la littérature classique. Longtemps interdit et marginalisé, le « divin marquis » dont les excès de débauche et la redoutable indépendance d’esprit lui vaudront 27 ans d’incarcération dans 11 prisons sous trois régimes différents est bien cet auteur prolifique qui a influencé nombre d’écrivains d’hier et d’aujourd’hui.

Moderne avant l’heure
Auteur des célèbres Cent Vingt journées de Sodome, inquiétante encyclopédie de l’innommable écrite en 1785 et jamais publiée avant 1904, narrateur implacable des passions les moins avouables jusqu’aux plus criminelles si bien qu’on le dit précurseur de la psychopathologie et de la psychanalyse, il est aussi ce personnage qui, à force d’avoir fait exploser tous les codes moraux et sociaux de son époque, aura incité la modernité à libérer l’imaginaire du corps.

Le penseur de nos contradictions
Né à Paris, il grandit en Provence auprès de son oncle l’abbé de Sade, grand libertin qui n’avait d’abbé que le nom. Le jeune noble est déjà décrit à l’âge de 17 ans comme « fort dérangé et fort sage ». Mort dans un asile d’aliénés de Charenton où il créera encore un mythe en s’emparant du théâtre thérapeutique qui fit courir le Tout-Paris, le marquis tant décrié et si longtemps tenu dans l’enfer des bibliothèques s’impose aujourd’hui comme un écrivain majeur et un penseur de nos contradictions.

Une iconographie exceptionnelle
Au-delà des lieux communs évidemment réducteurs, les expositions, les études historiques et les rééditions associées au bicentenaire de sa mort nous montrent la place unique qu’il occupe dans notre histoire culturelle.
L’exposition de la Fondation Martin Bodmer invite le spectateur à se faire son propre jugement. Grâce à la collaboration de Michel Delon, grand spécialiste de Sade et du siècle des Lumières, l’événement est à la fois un ouvrage et une iconographie exceptionnelle révélant des lettres et textes oubliés, son testament manuscrit, des autographes jamais vus. S’y ajoute la découverte de 140 objets rares tirés de collections publiques et privées. Au final, un vrai trésor historique et bibliophilique.

Viviane Scaramiglia

Sade, un athée en amour
Jusqu’au 10 février
Du mardi au dimanche de 14h à 18h
Fondation Bodmer, 19,
rte Martin-Bodmer, 1223 ColognyTél. 022 707 44 33
www.fondationbodmer.ch

Voir également

Ça bouge pour Sports pour tous!

Le sport, c’est bon pour le corps et l’esprit! À Vernier, l’adage n’a jamais été …