dimanche , 19 novembre 2017
Accueil » Editions » Quand l’ogre du Salève sévit…
Olivia Gerig, nouvelle coqueluche du roman noir? © Hughes Siegenthaler

Quand l’ogre du Salève sévit…

Roman noir genevois

Olivia Gerig cultive l’amour du verbe depuis son plus jeune âge. Elle attendra pourtant plus de 30 ans pour publier son premier opus, L’Ogre du Salève. La Chancylienne a de tout temps affectionné les polars et romans noirs. Elle nous livre aujourd’hui une histoire sombre et haletante qui ne vous laissera pas une minute de répit! Rencontre avec une jeune femme sensible et attachante.

De prime abord, Olivia Gerig semble un brin réservée. Mais lorsque vous tendez l’oreille pour vous imprégner de sa passion littéraire, tout un univers s’ouvre à vous…

L’écriture dans la peau
«Enfant unique, j’inventais un monde imaginaire pour m’occuper ou amuser mes amis. Dès que j’ai su lire, je dévorais les livres et écrivais mes premières histoires. J’étais assez timide et l’écriture m’offrait un bon moyen d’expression» confie l’auteure originaire de Chancy. Très vite, les enquêtes remportent ses faveurs à l’image du Club des Cinq. Ses études littéraires, complétées par un master en relations internationales, contribuent à attiser son amour de l’écriture. Très inspirée par la musique (elle aime rédiger dans des lieux animés, les écouteurs plaqués sur les oreilles!) et des idéaux d’un monde meilleur, elle s’imagine journaliste d’une rubrique internationale… pour finalement intégrer le monde fascinant de la communication.

Genèse d’un premier roman
Son diplôme de relations publiques en poche, elle tient un blog personnel tandis qu’une prise de conscience s’opère en elle: l’écriture lui permet de révéler sa personnalité. Pour préparer son premier opus, elle passe deux années à étudier la criminologie par correspondance à l’Institut des Hautes Etudes en Criminologie de Paris. L’idée se précise au contact de la famille de son ex-époux qui réside au pied du Salève. «Certains petits villages m’ont interpellée par leur originalité, leur beauté et leur mystère, des lieux idéaux pour tisser ma trame. Quant à l’histoire, je voulais inviter le lecteur à s’interroger sur les origines du Mal et ces monstres que sont parfois les humains» poursuit-elle.

Faits historiques réels
Inspiré de faits historiques réels et de véritables enquêtes sur le terrain, le roman vous plonge immédiatement dans une intrigue contemporaine fascinante sur fond de 2e guerre mondiale sous l’Occupation. Des jeunes femmes disparaissent dans les environs du Salève et le commissaire Rouiller de la brigade criminelle d’Annecy se voit chargé de l’enquête. La réalité dépasse l’entendement: un ogre sévit dans la région. Mais chut, nous ne vous en dirons pas plus, à vous de découvrir la suite! Ponctuant son récit de citations, l’auteure n’a rien laissé au hasard pour vous inviter à la réflexion et dévoiler des extraits de musique qui l’ont accompagnée tout au long de l’écriture. Le prochain roman est d’ores et déjà en gestation… cette fois-ci, le Cambodge sera à l’honneur, assurément une nouvelle aventure haute en couleurs!

Sonja Funk-Schuler

L’Ogre du Salève, Olivia Gerig (228 pages)
Paru en décembre 2014 aux éditions Encre Fraîche
Disponible au prix de Frs 28.- dans les librairies Payot ou sur commande sur www.encrefraiche.ch

Voir également

200 ans de passion et de bonheur dans un jardin

Les Conservatoire et Jardin botaniques de Genève célèbrent cette année leur bicentenaire. Une fête populaire, …