samedi , 22 juillet 2017
Accueil » Editions » Anonyme?
Le nouvel album de Giul est orienté Pop FM

Anonyme?

Dans son nouvel album Anonyme, Yann Giuliani (Giul) propose une relecture de ses anciens morceaux ainsi que des titres inédits. Un esprit pop FM caractérise ce nouvel opus du chanteur meyrinois qu’il vernira le 14 février à l’Undertown. Une rencontre pas si anodine pour parler d’Anonyme.

Quel est l’esprit de ce nouvel album?
J’ai choisi de produire cet album dans un esprit pop FM pour mieux refléter ce que je présente sur scène. En studio, avec le producteur Patrick Vuillaume, nous avons conservé mes textes et ma façon de composer en y ajoutant de la dynamique. J’ai pu aller plus loin que ce que mon groupe offre en live avec batterie, guitare, basse et choriste. En ajoutant par exemple du violon, du clavier et de l’accordéon. Nous avons également beaucoup travaillé les arrangements pour offrir une meilleure écoute.

De quoi parlent les textes?
Mes textes parlent de la vie que je consomme, de ce que je vois au quotidien. Le style est peut-être plus sage et moins sombre qu’avant. Même si la mort reste un thème important, je parle aussi de la joie, de l’amour et de la vie.

Qu’est-ce qui vous pousse à écrire?
J’ai côtoyé la mort de près dans ma vie privée mais aussi des naissances et la magie d’être amoureux. Je ressens le besoin d’exprimer ces choses à travers mes textes, les partager. Parfois, il peut y avoir une deuxième lecture derrière les mots que je ne réalise pas.

Qu’est ce qui caractérise vos concerts?
J’aime être sur scène et je le vis à fond! Interagir avec le public et les musiciens me procure vraiment du plaisir, j’ai l’impression de partager un moment avec des amis en leur racontant des histoires. On pourrait résumer en disant que je fais de la musique sérieusement sans me prendre au sérieux.

Pourquoi avoir choisi Anonyme comme titre?
Il reflète le contenu de l’album. Il s’agit d’un mélange entre des chansons toutes neuves et certaines que je jouais déjà il y a 10 ans, lorsque j’étais anonyme, inconnu. Le titre éponyme parle de l’image de l’artiste et de ce que la reconnaissance du public apporte. Je ne fais pas de la musique pour avoir mes entrées dans les clubs mais plutôt pour qu’elle serve aux autres. J’ai envie d’aider ceux qui n’ont pas la possibilité ou la force de s’exprimer.

Un mot pour conclure?
Je veux que mes défis restent au rang de mon cœur. C’est-à-dire que je veux continuer à chanter sans corrompre mon image et mon intégrité.

Propos recueilli par Guy Schneider

Vernissage de l’album «Anonyme», le 14 février à l’Undertown
Infos et extraits audio: www.giul.ch et www.undertown.ch

Voir également

Paléo Festival: J’emporte quoi dans mon sac?

Le festivalier est un aventurier paré à toute éventualité. Les plus prévoyants auront toute la …