vendredi , 21 juillet 2017
Accueil » Editions » Nouvelles de Carouge » Flâneries carougeoises

Flâneries carougeoises

Une cathédrale de platanes

En mai, fait ce qu’il te plaît: flâne! Les températures agréables et les rayons de soleil invitent à la promenade. On redécouvre le plaisir de déambuler oisivement dans son quartier. La Place du Marché est le lieu idéal – historique et typiquement carougeois. Faisons un petit détour!

Le marché de Carouge: «rite coloré et parfumé se déroulant le mercredi et le samedi dans une cathédrale de platanes», comme le décrit Jean-Claude Mayor dans le dictionnaire carougeois. En effet, malgré le remplacement de certains arbres malades au début des années 2000, la Place du Marché conserve cette ambiance fraîche et vivante qu’on apprécie tant durant les beaux jours. On dit même qu’il s’agit de la plus grande place d’Europe entièrement couverte naturellement. A l’ombre des majestueux platanes du «ventre de Carouge», on sirote, on papote et on goûte les produits de la région, sous l’oeil bienveillant de l’église Sainte-Croix, l’unique édifice baroque italien du canton. Les notes joyeuses de son carillon, le 2e plus grand de Suisse avec ses 36  cloches, fait la joie des Carougeois et des touristes également!

Atmosphère unique
Carouge est une ville où il fait bon vivre et la Place du Marché n’y fait pas défaut. Outre le marché des mercredi et samedi matins, instauré depuis la fin du XVIII e siècle, et le nouveau marché du jeudi soir (17h-21h), de nombreux commerces participent à définir le caractère du lieu. Le cinéma avec son look un peu rétro a bravement tenu le cap depuis ses débuts. Nommé VOX au départ, c’est pour figurer en tête des listes des cinémas dans les journaux qu’il a été rebaptisé BIO dans les années 20. On aperçoit juste derrière un vieil immeuble typique avec ses fameuses galeries et ses balcons à balandriers, bâtisse qui rappelle qu’en 1790 la ville comptait environ 450 artisans spécialisés dans une trentaine de métiers. En face, une ouverture discrète donne sur le «triangle», la seule cour intérieure publique de la commune, ambiance paisible et parfois mélodique. Pour compléter le paysage de la Place du Marché, bistrots, restaurants, cafés et autres petites échoppes. Imposante, l’église semble observer ce petit monde… Le soir venu, les jeunes s’installent tranquillement sur les bancs à l’abri des regards pour discuter en toute quiétude.

Un peu d’histoire
La petite Carouge rêvait de devenir grande et de concurrencer sa voisine, Genève. Il était donc essentiel d’y tenir une foire annuelle, et pour cela il fallait un lieu. C’est pourquoi le Roi de Sardaigne, Victor-Amédée III ordonna la construction de la Place du Marché en 1785. Plus tard, en 1808, l’architecte Giuseppe Mazzone lui don

 

nait la forme qu’on lui connaît encore aujourd’hui. Son emplacement permettait un accès direct depuis la route de Veyrier jusqu’à l’Eglise, dont l’entrée principale donnait à l’origine, sur la place de Sardaigne. Imaginez l’effet d’une procession royale défilant le long de la place pour se rendre à la messe par un beau dimanche printanier…

Guy Schneider

Marché tous les me et sa de 7h30 à 14h et le je de 17h à 21h. Plus d’infos sur: www.carougemania.ch et www.carouge.ch.

 

Voir également

Carouge l’enchanteresse

Cité bohème et joyeuse, coin de Méditerranée à Genève, Carouge a de nombreux secrets. Quelques-uns …