mercredi , 25 avril 2018
Accueil » Editions » Nouvelles de Saconnex » Le potentiel social du Mervelet

Le potentiel social du Mervelet

Projet de construction d’immeubles pour une surface totale brute de plancher de 17 100 m2 dans le quartier du Mervelet (Petit-Saconnex)

Quartier résidentiel, réputé pour être l’un des plus verts sur la rive gauche, le Mervelet est idéalement situé et facilement accessible par de nombreux transports. Beaucoup d’infrastructures et d’établissements scolaires se sont ainsi construits autour de cette petite parcelle de terre située entre les avenues Casaï, du Bouchet et Trembley.

L’urbanisation du quartier commence en 1913 avec la construction des premières maisons jumelles, suite à un concours d’architecture «Création d’une Cité-Jardin». L’agrandissement et le développement du quartier continuent les années suivantes et ainsi en 40 ans, plus d’une centaine de parcelles sont construites.

La qualité des constructions, le calme du lieu et la végétation, composée notamment de cèdres centenaires, fait du quartier du Mervelet un élément essentiel du patrimoine genevois.

Origine du problème

Cependant, la Ville de Genève ayant besoin de construire des logements pour répondre à une demande d’immobilier toujours grandissante, a placé Mervelet dans la troisième zone de développement et a proposé en 1992 un plan global d’aménagement. Un référendum immédiat, réunissant près de 10 000 signatures a stoppé cette initiative et créé un conflit entre le Département de l’aménagement de l’équipement et du logement et la population locale. Et ce désaccord perdure encore aujourd’hui.

Projet d’aménagement du quartier

Plusieurs projets de réaménagement ont ainsi vu le jour, dont le dernier plan localisé du quartier (PLQ), adopté par le Conseil d’Etat, qui prévoit «quatre immeubles de logements contigus deux par deux de sept à huit niveaux totalisant environ 158 logements pour une surface brute de plancher de 17 100 m2 (…), un parking souterrain de 187 places à l’usage des habitants et des visiteurs, accessible depuis le chemin Charles-Georg. 170 places pour les vélos, dont 85 situées en surface dans des abris sécurisés, seront également aménagées» (source: bilan de législature 2010-2013 du Conseil d’Etat).

Bien que les habitants du quartier soient conscients de la pénurie des logements et la nécessité d’en construire, ils refusent de le faire selon le PLQ proposé dernièrement, qu’ils qualifient d’«immeubles massifs, dépourvus de toute cohérence avec les constructions avoisinantes.» L’Association des habitants du Mervelet a même été créée afin de donner la possibilité aux citoyens de réagir et s’exprimer sur leur futur.

Une solution de l’aménagement sera sûrement trouvée, ce qui est moins sûr c’est de savoir qui, de l’Etat ou de la Ville (donc de toute manière des contribuables…) ou alors des promoteurs, paiera les compensations totalement irréalistes pour un budget de logements sociaux?

Eugénie Rousak

Voir également

La Cour conte ses histoires

Souvent universelles, parfois intemporelles, les histoires émerveillent toujours et captivent à tous les coups. Pour …